Le python de Birmanie est le deuxième plus gros reptile au monde, après l’anaconda géant. Un permis spécial est nécessaire pour en garder un chez soi, mais il est interdit à Granby.

Un python birman capturé à Granby [VIDÉO]

La surprise était de taille samedi lorsque des Granbyens ont découvert un python de Birmanie, de la famille des constrictors, long de six pieds à quelques pas de leur maison, sur la rue Elgin, à Granby.

Un voisin est venu avertir Chantal Beauchemin et son conjoint, vers 14 h 30, qu’il y avait un python à côté de chez eux. À ce moment, ils n’avaient aucune idée de l’espèce de serpent qui se trouvait devant eux, mais il était étendu de tout son long sur le côté de la maison. Avec d’autres personnes, ils se sont assurés qu’il reste là le temps que les secours arrivent deux heures plus tard.

«Je t’en parle et j’ai encore des frissons sur tout le corps, confie Mme Beauchemin. Je ne savais pas c’était quoi la menace, mais pour moi, c’était un danger de sécurité publique. Ce n’est pas une couleuvre... Je ne comprenais pas pourquoi personne n’intervenait. J’avais peur. J’étais terrorisée. J’aime pas ça, alors imagine d’avoir ça à côté de chez soi !»

Un premier appel au 911 les a laissés pantois pendant une heure, raconte-t-elle. Impatiente d’en finir avec ce visiteur indésirable, elle a communiqué de nouveau avec le 911, puis avec le Zoo, les agents de la Faune et l’Unité de sauvetage Haute-Yamaska. Ses appels ont fini par aboutir à la SPA des Cantons, qui a dépêché sa spécialiste en serpents, Geneviève Fortier.

En quelques secondes à peine, Mme Fortier a pris le serpent, qui s’est instinctivement enroulé autour d’un bâton et l’a déposé dans un bac de plastique rigide. Il n’a pas particulièrement apprécié le voyage en voiture jusqu’à Cowansville, raconte-t-elle, mais il était heureusement dans un transporteur pour chien, duquel le serpent renommé Sammy ne pouvait sortir.

Deuxième plus gros au monde

«On l’a ici dans notre local. On le garde dans un terrarium improvisé avec une lampe chauffante, informe Mme Fortier. Il ne peut pas sortir de là. J’ai contacté un refuge qui fait des recherches pour voir si quelqu’un de spécialisé pourrait le prendre. Il ne devrait pas y en avoir sur le territoire de Granby. Quelqu’un l’avait illégalement et il a été relâché.»

Le Zoo de Granby devait également être contacté pour vérifier s’il pouvait l’accueillir.

L’équipe de la SPA n’a su que mercredi qu’il s’agissait d’un python de Birmanie, le deuxième plus gros serpent au monde, après avoir consulté un herpétologue, un spécialiste des reptiles et des amphibiens. Le python birman se trouve dans la catégorie des serpents géants, juste après l’anaconda géant.

«C’est notre premier serpent de l’année. D’habitude on en a 3 ou 4 dans l’été, souligne le propriétaire de la SPA des Cantons, Carl Girard, qui ne cache pas sa peur des reptiles. J’espère que c’est le dernier.»

Sammy n’a pas été réclamé et, s’il l’était, il ne serait pas retourné au propriétaire puisque ce reptile est interdit à Granby et au Québec. Il faut détenir un permis spécial du MAPAQ et du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP) pour en posséder un.

Contrôlés au Québec, interdits à Granby

Au Québec, quelqu’un qui souhaite avoir un python birman doit obtenir un permis de garde générale d’animaux et se plier à de nombreux critères stricts. Il doit notamment démontrer qu’il détient l’expérience requise pour s’en occuper, explique Nicolas Bégin, porte-parole pour le MFFP.

Carl Girard et Geneviève Fortier, de la SPA des Cantons, ont sous leur garde un python birman trouvé errant à Granby, samedi dernier.

«Ça demande un suivi plus étroit. Pour obtenir le permis, la personne doit avoir de l’expérience de garde de l’espèce et se conformer au règlement de garde. Ce ne sont pas tous les types de serpents qui nécessitent un permis.» Il précise que les serpents venimeux sont en tout temps interdits.

Or, la règlementation municipale prime sur le règlement provincial puisqu’elle est plus sévère, à Granby.

Selon l’article 223 du règlement sur les animaux, «il est interdit de garder des animaux sauvages ou exotiques (NDLR: comme le python de Birmanie) sur le territoire de la Ville, à l’exception toutefois a) des animaux gardés par la Société zoologique de Granby b) et des animaux gardés par une famille d’accueil, en vertu d’une entente avec la Société zoologique de Granby.»

Les propriétaires de tels animaux s’exposent à une amende minimale de 100 $ pour une première offense, plus les frais.

Dépassé par les soins ?

Julie Hébert, biologiste et directrice de l’éducation et du développement durable du Zoo de Granby, croit que la personne qui avait ce serpent géant à sa garde aurait pu être dépassée par les soins à lui apporter et par l’espace nécessaire, alors qu’il est loin de sa taille maximale.

L’événement n’est pas sans rappeler l’élément déclencheur qui a mené à une guerre ouverte contre ce serpent d’Asie du Sud-Est au parc national des Everglades, en Floride.

Un python birman relâché dans cette nature luxuriante met aujourd’hui en péril l’écosystème des lieux. Ce dernier s’est rapidement reproduit et des espèces indigènes sont maintenant menacées puisqu’elles sont devenues des proies ou qu’elles manquent de nourriture. Ce parc compte plusieurs alligators qui sont même devenus des proies pour les pythons birmans.

«On estime la population de pythons birmans à plus de 150 000. Il a été introduit dans le parc de façon tout à fait illégale, mentionne Mme Hébert. Ce n’est pas leur milieu naturel et ils n’y ont pas de prédateur. Plus d’un quart de millions de dollars a été investi pour l’éradiquer, mais ce n’est pas facile parce qu’un serpent pond 100 œufs. C’est un combat presque perdu d’avance.»

Pas fait pour l’hiver

Heureusement pour Granby, ce reptile ne peut pas survivre en liberté dans les mois d’hiver. À sa taille, il lui est pratiquement impossible d’entrer dans les maisons par une ouverture dissimulée. De plus, il lui faudrait une chaleur importante pour survivre, même dans les murs d’une maison.

«Ce sont des animaux qui peuvent faire de 16 à 23 pieds et atteindre jusqu’à 200 livres, fait savoir Julie Hébert. Au plus gros de leur corps, on parle de la taille d’un poteau de téléphone. C’est sûr que ça ne peut pas s’infiltrer n’importe où.»

À six pieds, les boas du Zoo de Granby, aussi de la grande famille des constrictors, mangent des rats et des petits lapins. Mais les plus gros spécimens de pythons birmans peuvent manger de petits cerfs, dans le parc des Everglades.

«Avant d’avoir de grands animaux comme ça, qui demandent des soins et des installations particuliers, il faut y réfléchir 2, 3 ou même 4 fois. Ils peuvent vivre de 20 à 25 ans», souligne Mme Hébert.

La demande pour accueillir Sammy sera analysée et, si le Zoo de Granby n’est pas capable de le recueillir, l’institution fera appel à des confrères accrédités.