Vincent Chornet, entrepreneur inspirant qui a cofondé Enerkem, est décédé, mercredi, après un combat de 18 mois contre le cancer.

Un entrepreneur visionnaire s’éteint

Le cofondateur et président du conseil d’administration d’Enerkem, Vincent Chornet, est décédé, mercredi, à l’âge de 45 ans, des suites d’un cancer. Visionnaire et déterminé, l’entrepreneur sherbrookois était aussi un homme de famille et un mélomane qui se passionnait pour le jazz.

« Vincent était un être très charismatique. Quand il entrait quelque part, il y avait une lumière qui s’allumait », souligne Michel Chornet, le cadet de Vincent.

« Comme frère, il a toujours pris le temps d’entretenir notre relation. Il était très familial et il a toujours conservé un fort attachement pour Mallorca, île espagnole où sont nés nos parents. Il était un excellent guitariste et il adorait jouer de la musique avec ses amis et moi », ajoute Nicolas Chornet, le grand frère.

Vincent Chornet parlait quatre langues, ce qui lui a permis de développer des projets à l’international avec Enerkem.

« Toute la famille Enerkem partage aujourd’hui un profond sentiment de perte. Vincent a toujours été une vive source d’inspiration pour tous ceux et celles qui ont croisé son chemin. Son souvenir fera toujours partie de l’ADN d’Enerkem », a indiqué par communiqué la direction de l’entreprise.

« Fidèle à lui-même, il a combattu cette terrible maladie avec fougue et détermination qu’on lui connait. Il aura été actif jusque dans les derniers moments, échangeant encore la semaine dernière des courriels avec différents membres de son équipe. Au cours des derniers mois, il a d’ailleurs continué à présider le conseil d’administration d’Enerkem, ayant toujours à cœur le meilleur intérêt de la Société », ajoute la direction, précisant que sa vision et à son leadership ont su guider Enerkem dans sa transition vers la commercialisation de sa technologie brevetée.

« Legs immense »

En 2000, Vincent Chornet cofondait Enerkem avec son père Esteban. Le père est derrière la technologie permettant de produire des biocarburants et des produits chimiques renouvelables à partir de déchets alors que le fils a été le développeur qui est allé chercher des centaines de millions de dollars de financement pour concrétiser le projet et ainsi offrir une alternative à l’enfouissement ou l’incinération des matières résiduelles.

« Son esprit d’entreprise a permis qu’Enerkem devienne un chef de file des biocarburants et produits chimiques verts, avec une équipe qui compte aujourd’hui plus de 200 employés. Elle profite maintenant d’un actif de propriété intellectuelle considérable qu’elle a acquis durant des années de développement technologique de pointe sans précédent pour implanter des bioraffineries Enerkem à travers le monde. Si nous sommes aujourd’hui en voie d’établir un nouveau standard en ce qui a trait à la gestion intelligente des matières résiduelles et la production de biocarburants et produits chimiques renouvelables, c’est en grande partie grâce à lui. Son legs est immense et nous avons maintenant la responsabilité de poursuivre son œuvre et de concrétiser ses rêves les plus ambitieux pour l’entreprise », indique-t-on dans la même communication.

Avant de fonder Enerkem, M. Chornet a participé à la conception et au financement de plusieurs projets industriels et au démarrage de sociétés dans les secteurs de la production d’énergie et des produits de la chimie fine, dont Bioxalis Medica, Les Systèmes Fractal et Kemestrie. Il a aussi œuvré au sein de la Banque Laurentienne du Canada.

M. Chornet a été membre du comité consultatif sur les technologies propres du ministère des Affaires étrangères et du Commerce international du Canada de 2012 à 2014 et a siégé au conseil d’administration du Advanced Biofuels Business Council aux États-Unis.

Vincent Chornet

« Vincent est unique »

Outre son épouse, Sophie Aird, et ses deux filles, Vincent Chornet laisse dans le deuil ses parents, Esteban et Mercedes, ses frères, Nicolas et Michel, sa famille élargie et de nombreux amis.

« Vincent est unique! Je suis honorée d’avoir pu partager toutes ces belles années avec lui. Un homme innovateur, fonceur, avec un sens de l’humour sans pareil. Aujourd’hui, j’ai le cœur complètement déchiré », a souligné Katia Raby-Chornet, sa belle-sœur depuis 30 ans.

« Vincent était une personne intense. Autant au travail que dans sa vie personnelle. Il était vrai, authentique et il avait une bonne oreille. C’était quelqu’un qui savait écouter ses amis dans les moments difficiles. Il avait le cœur à la bonne place. Et il était aussi un excellent musicien. C’était mon partenaire numéro un de guitare », mentionne Jean-François Gagnon, son ami depuis la tendre enfance.

Dans une entrevue avec La Tribune datant de 2015, Vincent Chornet avait déclaré que s’il n’avait pas été entrepreneur, il serait devenu jazzman. Marié et père de deux adolescentes, il se définissait comme un « fan fini de jazz qui aime jouer de la guitare ». 

Le titre du texte était « Inventer un monde meilleur » et il résume bien la mission que s’était donnée le Sherbrookois.

Les funérailles auront lieu le lundi 8 juillet à 11 h à l’église Saint-Viateur d’Outremont. La famille sera présente au centre funéraire Urgel Bourgie de la rue Beaumont à Ville Mont-Royal le dimanche 7 juillet de 14 h à 17 h et de 18 h à 20 h.