Le véhicule incendié a été découvert le 10 octobre.

Un des deux corps incendiés à Trois-Rivières est celui de Steve Lamy

TROIS-RIVIÈRES — Steve Lamy est bel et bien un des deux individus dont le corps calciné a été trouvé le 10 octobre dans un véhicule incendié à Trois-Rivières.

Au cours des derniers jours, plusieurs indices semblaient identifier M. Lamy comme étant une des deux victimes. Cette information a été validée lundi en fin d’après-midi par la Sûreté du Québec. «Nous avons la confirmation qu’un des deux corps est celui de Steve Lamy», raconte le sergent Claude Denis, porte-parole de la SQ.

La police avait trouvé ce véhicule sur la route Bradley, dans le secteur de Sainte-Marthe. Steve Lamy, un Trifluvien de 50 ans, était porté disparu depuis le 8 octobre.

Steve Lamy


Son père, Michel Lamy, craignait avoir parlé à son fils pour la dernière fois le jour de sa disparition. Le père de l’entrepreneur en construction a été rencontré par la SQ peu de temps après la découverte du véhicule incendié. Dans une entrevue accordée au Nouvelliste quelques heures après avoir reçu la confirmation qu’un des deux corps retrouvés était bel et bien celui de son fils, Michel Lamy avoue tristement qu’il s’y attendait. 

«J’ai tout le temps dit depuis le début que j’étais convaincu qu’il s’agissait bien de mon fils. Ce n’était pas dans les habitudes de mon gars de disparaître comme ça», confie le père endeuillé. «On travaille ensemble depuis 16 ans. Il me disait toujours où il allait. Il ne pouvait pas disparaître comme ça durant trois semaines.»

Michel Lamy en compagnie de son fils Steve Lamy lors de leur comparution au palais de justice de Trois-Rivières en 2014 à la suite d’une intervention des inspecteurs de la Commission de la construction du Québec qui avait tourné au vinaigre en 2011. Alors accusé de voie de fait contre un policier et sans antécédents juridiques, Michel Lamy avait plaidé coupable et bénéficié d’une absolution inconditionnelle en échange d’un don de 500 $.

Pour ce qui est du deuxième corps, le travail d’enquête se poursuit, précise le sergent Denis. «Nous ne sommes pas encore rendus à l’identification formelle. C’est le laboratoire de sciences judiciaires et de médecine légale qui fait l’enquête. Avant de divulguer l’identité, il faut que l’identification soit faite à la satisfaction du coroner.»

Par ailleurs, le père de Steve Lamy ne sait pas si c’est le corps de son fils qui a été démembré ou celui de la deuxième victime. «La SQ continue son enquête et ne voulait pas me dire si c’est mon fils qui a été démembré», précise M. Lamy en ajoutant qu’il aura un jour réponse à ses questions. «Les enquêteurs vont revenir me voir plus tard dans l’enquête pour me donner plus d’information. Mais pour l’instant, je leur fais confiance. Ce sont des professionnels et ils vont trouver qui a fait ça. Ils ont une bonne idée de ce qui s’est passé.»

La confirmation de la mort de Steve Lamy permet à ses proches d’amorcer un processus de deuil. D’ailleurs, les funérailles de l’entrepreneur doivent avoir lieu ce week-end à Trois-Rivières. «Au moins, je sais où il est et je sais ce qui lui est arrivé. Même si mon fils a 50 ans, je me mets à la place des parents d’enfants disparus. Ça doit être terrible de ne pas savoir où est son enfant», souligne Michel Lamy. 

Le porte-parole de la SQ ajoute que l’enquête se poursuit afin d’éclaircir les événements ayant conduit à la mort de ces deux individus. La découverte de ce véhicule est survenue le même jour où la police a été appelée à Yamachiche où le corps inanimé d’Ophélie Martin-Cyr a été trouvé.

«L’enquête se poursuit et on ne peut confirmer hors de tout doute qu’il y a un lien entre cette affaire et le meurtre d’Ophélie Martin-Cyr. Ça demeure une hypothèse», précise le sergent Denis.

Le 12 octobre, René Kègle et Francis Martel ont été formellement accusés du meurtre prémédité d’Ophélie Martin-Cyr.

Les funérailles de la jeune femme ont eu lieu dimanche.