Philip Everson, 26 ans, est mort à la suite d’un arrêt cardiaque survenu pendant le demi-marathon de la Course de l’Armée, dimanche.

Un coureur décède après son demi-marathon à la Course de l'Armée

Un coureur est mort après avoir franchi la ligne d’arrivée, dimanche, lors de la Course de l’Armée du Canada à Ottawa.

Philip Everson, 26 ans, originaire de Cornwall, n’a pas survécu aux traitements agressifs prodigués par les paramédics d’Ottawa.

Il a été transporté dans un état critique à l’hôpital, mais les équipes médicales n’ont pas pu renverser la vapeur. Elles n’ont pu que constater le décès.

Le jeune homme s’est affaissé après avoir terminé son demi-marathon, vers 11h25.

Le Service paramédic d’Ottawa a dressé le dur bilan de la journée de courses, lundi.

« Un homme dans la vingtaine s’est effondré en arrêt cardiaque après la ligne d’arrivée, a confirmé le porte-parole du Service paramédic d’Ottawa, Marc-Antoine Deschamps. Des paramédics et nos partenaires ont débuté des manœuvres de réanimation agressives. Malgré les efforts des paramédics, le patient n’a pas pu être réanimé sur le terrain et il a été transporté à l’hôpital, en condition critique. »

Quinze personnes, parmi les 23 000 participants, ont souffert de problèmes de déshydratation, d’épuisement, et de problèmes cardiaques, un peu partout sur le parcours.

Dix d’entre eux ont été transportés à l’hôpital.

De ce nombre, trois étaient dans une condition sérieuse.

« Malgré le nombre d’appels, précise M. Deschamps, nous avons pu répondre aux besoins. »

La journée de dimanche a été chaude et humide.


« « Malgré les efforts des paramédics, le patient n’a pas pu être réanimé sur le terrain et il a été transporté à l’hôpital, en condition critique. » »
Marc-Antoine Deschamps

Le paramédic Deschamps rappelle aux coureurs de respecter leurs limites et d’écouter leur corps. Certains amateurs épuisés peuvent devenir confus, ou être simplement trop orgueilleux pour s’arrêter à temps. Le porte-parole des paramédics précise toutefois qu’il est trop tôt pour identifier une cause précise du décès et des autres incidents.

« Par prévention, on répète que les gens fournissant de gros efforts physiques par temps humide doivent s’hydrater et refroidir leur système. Lorsque c’est humide, l’eau sur la peau ne s’évapore pas et le corps se réchauffe plus vite. »

Un bon apport d’électrolytes (sels minéraux) est nécessaire pendant ce type d’activité, précise le paramédic.

Les autres coureurs incommodés devraient s’en sortir sans séquelles.

La direction de la Course de l’Armée du Canada n’a pas répondu à notre demande d’entrevue, lundi.