L’entraîneur des Golden Knights de Vegas, Gerard Gallant.

Un ancien des Castors derrière le succès des Golden Knights

Quand ils se remémorent de bons vieux souvenirs concernant l’entraîneur des Golden Knights de Vegas Gerard Gallant, Georges Guilbault et Mario Goupil s’entendent pour dire que le petit joueur des Castors n’avait pas froid aux yeux et prêchait par l’exemple. L’ancien directeur général des Castors et l’ex-journaliste au quotidien La Tribune se réjouissent des récents succès de Gerard Gallant, une personne appréciée partout où il est passé. Dont à Sherbrooke.

Grâce à Georges Guilbault, Gerard Gallant s’est amené à Sherbrooke après avoir quitté son Summerside natal.

Lire aussi: Holtby solide, les Capitals créent l'égalité

« On rencontre de bonnes personnes quand on gravite autour du monde du hockey et Gerard Gallant se démarquait en ce sens. Je me souviens d’être allé le voir en avion à l’Île-du-Prince-Édouard afin de le convaincre de venir à Sherbrooke. Mais Wayne Maxner le voulait aussi avec les Spitfires de Windsor. L’entraîneur venait des Maritimes en plus. Gerard a finalement pris le risque de venir chez nous et il a connu toute une carrière! » raconte Guilbault.

Lors de la saison 1980-1981, Gallant a obtenu 101 points et 220 minutes de punition en 68 parties. L’année suivante, 92 points et 260 minutes de punition en 58 matchs, sans parler de ses 38 points en 22 rencontres éliminatoires. Une prestation qui avait permis aux Castors de se rendre à la coupe Memorial.

« Le premier souvenir qui me vient en tête en pensant à Gerard, c’est lorsque ses parents étaient partis de Summerside pour venir le voir jouer ici, affirme Mario Goupil. Ils ne roulaient pas sur l’or. Ils amenaient leurs sandwichs et les mangeaient dans les corridors du Palais des sports. Gerard provient d’une grande famille. Je pense beaucoup à ses parents quand je regarde son parcours. Gerard est demeuré un homme modeste, un gars ordinaire, un gars du peuple. Il ne parlait pas beaucoup. Il arrivait des Maritimes, mais il avait un rôle de leader à sa façon. »

« Gerard était un joueur de caractère, confirme Georges Guilbault. À 165 livres, il n’avait peur de personne. Il était très posé comme personne. Il doit certainement être écouté de ses joueurs et il doit animer le vestiaire à Vegas. Il était probablement l’une des meilleures personnes pour mener les Golden Knights vers le succès qu’ils connaissent présentement. C’est difficile de ne pas voter pour eux présentement. »

Gerard Gallant a participé non seulement à la coupe Memorial avec les Castors de Sherbrooke, mais aussi au Championnat du monde junior en représentant son pays. Il pose ici en compagnie de l’ancien premier ministre du Canada, Pierre Elliott Trudeau.

Derrière cette finale de la coupe Stanley, il y a donc un peu de Sherbrooke qui se cache, et ce, pas seulement grâce à David Perron.

« Comme son équipe, Gerard a tout pour se faire aimer. Il a connu une belle carrière dans la LNH comme joueur, mais je suis content de le voir accomplir toutes ces belles choses en tant qu’entraîneur », confie Mario Goupil, devenu agent immobilier.

« C’est certain que cette histoire sera le sujet d’un film un jour, ajoute Georges Guilbault. Tout ça est exceptionnel! »

Reste maintenant à connaître la scène finale...