Le Conseil de presse du Québec a confirmé avoir reçu «plusieurs» plaintes pour ce reportage.

TVA Nouvelles s’excuse pour le reportage erroné sur les mosquées

MONTRÉAL - La direction de TVA Nouvelles a présenté des excuses, vendredi matin, pour le reportage erroné présenté mardi soir alléguant que des mosquées du quartier Côte-des-Neiges, à Montréal, avaient demandé l'exclusion de femmes sur un chantier de construction lors de la prière du vendredi.

TVA Nouvelles souligne que «le reportage était fondé sur les témoignages rapportés à la caméra» de deux entrepreneurs et ajoute que les versions recueillies auprès de ces intervenants «ont changé» depuis.

Dans une mise au point publiée sur son site Web, l'entreprise de presse dit regretter cette situation et s'excuse «auprès des différents intervenants et des téléspectateurs qui ont été affectés par cette nouvelle».

Par ailleurs, la direction de TVA Nouvelles affirme qu'une «enquête interne pour valider les étapes de la démarche journalistique» derrière ce reportage est en cours.

Le Conseil de presse du Québec a confirmé avoir reçu «plusieurs» plaintes pour ce reportage.

La diffusion de cette nouvelle a déclenché une vive polémique sur les réseaux sociaux qui s'est étendue jusqu'au premier ministre Philippe Couillard, qui avait dénoncé une telle pratique tout en précisant qu'il fallait d'abord s'assurer de sa véracité.

La Commission de la construction du Québec avait mené une vérification pour finalement conclure, après de multiples rencontres avec tous les intervenants, incluant les femmes oeuvrant sur le chantier, que l'information n'était pas véridique.

Manif annulée, doutes soulevés

Des groupes identitaires proches de l'extrême droite avaient promis une manifestation devant l'une des mosquées lors de la prière ce vendredi, après être montés aux barricades sur les réseaux sociaux. Certains de ces groupes disent maintenant douter que l'information était fausse, malgré les démentis venant de toutes parts, mais ont annulé leur manifestation.

Une poignée de manifestants se sont néanmoins présentés vendredi midi devant la mosquée de la rue de Courtrai.

Il n'en restait que quelques-uns deux heures plus tard et le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) n'a pas eu à intervenir puisque tout s'est déroulé dans le calme, selon l'agent Raphaël Bergeron.

Les représentants des mosquées, eux, avaient pourtant vigoureusement nié l'information dès le départ et avaient par la suite déploré que sa diffusion alimente «le cynisme et porte préjudice à toutes les communautés».

Les représentants des mosquées disent avoir reçu des messages haineux, des menaces de mort et des menaces d'incendie. Les policiers de Montréal ont d'ailleurs accru la surveillance des lieux.

L'avocat des mosquées a indiqué plus tôt cette semaine qu'elles envisagent de poursuivre le réseau TVA, les personnes des entreprises de construction à l'origine de l'information ainsi qu'une députée de l'opposition péquiste qui avait relayé le reportage sur les réseaux sociaux.