Guy Boileau, 55 ans

Triste histoire d'extorsion et de séquestration de personnes âgées: un couple arrêté

TROIS-RIVIÈRES — Une triste histoire d’abus envers des personnes âgées et vulnérables vient d’être mise à jour avec l’arrestation par les enquêteurs de la Direction de la police de Trois-Rivières d’un couple pour extorsion et séquestration.

Les deux suspects, Guy Boileau, 55 ans, et sa conjointe, Marie-Jeanne Côté, 54 ans, auraient en effet exploité un couple de sexagénaires qu’ils hébergeaient dans le sous-sol de leur résidence sur la rue des Pics-bois à Trois-Rivières pendant près de quatre ans, soit entre septembre 2014 et juin 2018.

Selon le sergent Luc Mongrain, porte-parole de la police de Trois-Rivières, les suspects auraient limité les sorties des présumées victimes au point de verrouiller les portes et les accès de l’extérieur, et ce, à plusieurs reprises. Ils auraient aussi contrôlé entièrement leurs états financiers pendant ces années.

En novembre 2017, des informations anonymes ont été transmises à la Division de la prévention de la Direction de la sécurité incendie et sécurité civile, à l’effet que des gens habitant le sous-sol de cette maison ne pouvaient pas sortir à cause de verrous fixés à l’extérieur des portes. Une vérification des préventionnistes avait confirmé cette information. Entre-temps, la dame avait cependant quitté les lieux afin de recevoir des soins de santé après une chute dans un escalier. Son conjoint a pour sa part réussi à partir en juin dernier.

Marie-Jeanne Côté, 54 ans

Une enquête a par ailleurs été effectuée sur cette affaire. Plusieurs témoins ont été rencontrés, ce qui a permis aux enquêteurs d’obtenir des mandats d’arrestation contre les deux suspects. C’est ainsi qu’ils ont été arrêtés jeudi après-midi et conduits au quartier général afin d’être rencontrés par les enquêteurs. Une perquisition a également eu lieu à la résidence du couple.

Guy Boileau et Marie-Jeanne Côté devraient comparaître ce vendredi 2 novembre au palais de justice de Trois- Rivières pour y répondre à des accusations de séquestration, extorsion, voies de fait et menaces.