Après des mois d'attente et de retards, le train léger sera en opération dès le 14 septembre à Ottawa.

Train léger à Ottawa: embarquement le 14 septembre

Après plus d’un an de retard, le lancement pour la ligne de la Confédération de l’O-Train aura lieu le samedi 14 septembre.

Le consortium Rideau Transit Group (RTG) a officiellement remis les clés de l’infrastructure à OC Transpo et à la Ville d’Ottawa vendredi, après avoir reçu son certificat d’achèvement substantiel des travaux.

« Grâce à ces progrès, nous sommes en mesure de faire une annonce majeure. Le train léger sera en opération à compter du samedi 14 septembre », a annoncé le maire d’Ottawa, Jim Watson, vendredi après-midi après un essai du train par les médias et des élus d’Ottawa.

À LIRE AUSSI : Un premier voyage qui séduit

M. Watson était visiblement enthousiaste d’arriver à la fin de cette saga qui a connu de nombreux rebondissements et, surtout, plusieurs retards.

« Je tiens à remercier tous nos résidents pour leur patience, a indiqué M. Watson. L’attente était nécessaire pour s’assurer que nous livrons un système de transport en commun sécuritaire et de classe mondiale. […] Ce projet historique changera la façon dont les résidents et les visiteurs se promènent à travers la ville. »

Le maire d'Ottawa, Jim Watson

Aucun autre délai

Maintenant qu’OC Transpo détient les clés de la ligne de la Confédération, il doit faire le travail qui reste à être accompli. Dès samedi, on commencera une série de tests supplémentaires — un exercice d’évacuation, par exemple —.

Tous les hauts dirigeants du transporteur ont insisté vendredi pour dire que ces travaux n’entraîneront aucun délai supplémentaire.

En ce qui concerne les pénalités imposées à RTG pour les nombreux retards, le directeur des opérations sur rail d’OC Transpo, Michael Morgan, rappelle que la facture finale doit être finalisée, mais que la Ville évalue à environ 35 millions $ les frais encourus en raison de ces délais.

RTG verra également 1 million $ être retenu de son prochain paiement pour ne pas avoir respecté la date limite du 16 août pour la livraison du système.

Le directeur général d’OC Transpo, John Manconi, a donné plus de détail sur ce délai vendredi. Durant les 12 jours d’essais en continu — l’évaluation du certificateur indépendant —, le système n’a pas tout à fait atteint le seuil de performance attendu à deux reprises. Dans le système à trois prises élaboré par la Ville, RTG pouvait recommencer ces deux journées sans pour autant obtenir un échec pour l’ensemble du processus.

Même si le système n’a pas obtenu un taux de succès de 96 % — selon un système de pointage créé par OC Transpo — pendant 12 jours consécutifs, M. Manconi soutient que l’organisation n’a pas baissé ses standards uniquement pour éviter d’autres retards.

« Nous excédons tous les standards recommandés. Il y a beaucoup de systèmes qui ne font pas tout ce que nous avons fait, affirme John Manconi. Certains systèmes ne font que faire rouler les trains, sans évaluation, sans critère et on lance le service. »