Le BST épaulera le Service de police d'Ottawa dans son enquête sur la tragédie qui a coûté la vie à trois personnes dans un autobus d'OC Transpo le 11 janvier.

Tragédie à la station Westboro: le BST entre en scène

Le Service de police d’Ottawa (SPO) accepte l’aide du Bureau de la sécurité des transports (BST) dans son enquête sur le tragique accident ayant fait trois morts et 23 blessés à la station Westboro du Transitway, vendredi dernier.

Le chef du SPO, Charles Bordeleau, a confirmé que l’organisme fédéral apporterait son lot d’enquêteurs et d’ingénieurs spécialisés, afin de mieux définir les causes de cet accident.

Les autorités se gardent toujours d’en dire davantage sur ce qui a pu arriver avant que l’autobus à deux étages d’Oc Transpo frappe de plein fouet la marquise de la station. Cette marquise, servant d’abri aux passagers en attente de leur autobus, a déchiré le deuxième étage de l’autobus 265, en direction de Kanata.

«Après en avoir parlé à mes enquêteurs mardi, a dit le chef Bordeleau, nous avons accepté l’aide du BST, et nous travaillons toujours de concert avec le Bureau du coroner afin d’identifier les causes de cette collision.»

Le BST, un organisme fédéral, a un mandat précis d’enquêter sur les transports aérien, ferroviaire et naval. Enfin, le BST enquête sur les transports sous juridiction fédérale, ce qui exclut habituellement le transport routier, comme l’autobus.

Cette fois, le BST aura un rôle de soutien technique et d’ingénierie. «Le Bureau n’aura pas le rôle de dire à qui revient la faute, si faute il y a», a résumé le chef Bordeleau. Cette tâche revient à la police d’Ottawa.

La police, qui n’a porté aucune accusation contre la chauffeuse impliquée, précise que son enquête criminelle se poursuit.

L’enquête comprend non seulement l’étude du comportement de cette dernière, mais aussi les données télémétriques et la configuration de l’autobus, l’état mécanique et celui de la chaussée, ainsi que les conditions météorologiques lorsque le pire s’est produit, le 11 janvier, à 15h50.

Charles Bordeleau n’a pas voulu dire s’il avait sa propre idée sur ce qui a bien pu se passer, à ce moment. «On veut toutes les réponses, mais il faudra être patient.»

En point de presse mercredi, le chef de la police d’Ottawa Charles Bordeleau a confirmé que les trois victimes prenaient place dans l’autobus.

Passagers éjectés

Encore aucune thèse sur les causes de l’accident de vendredi n’est avancée publiquement par les autorités policières.

Par ailleurs, le SPO a précisé, lors d’une conférence de presse, mercredi, que les trois personnes décédées étaient à bord de l’autobus au moment du drame. Contrairement à ce qui a été véhiculé dans les heures suivant l’incident, aucun piéton ou client d’Oc Transpo n’a été happé mortellement alors qu’il se trouvait au sol, à la station Westboro.

«Les trois personnes décédées se trouvaient dans l’autobus, a confirmé le chef Bordeleau. Par ailleurs, deux autres personnes ont été éjectées de l’autobus, mais elles ont survécu.»

Le SPO n’a toujours pas parlé à certaines victimes grièvement blessées. Les enquêteurs attendent que celles-ci prennent du mieux à l’hôpital avant de demander leur version des faits.

Le BST a ouvert une enquête en 2013, lors de l’impact entre un train de VIA Rail et un autobus d’Oc Transpo, près de la station Fallowfield. Son enquête - directe - avait été déclenchée, car un moyen de transport sous juridiction fédérale était impliqué.

+

Commémoration des victimes jeudi soir

Les responsables de l’Association communautaire de Westboro commémoreront jeudi soir les trois personnes qui ont perdu la vie dans l’horrible accident d’autobus survenu vendredi dernier à la station Westboro du Transitway. Une chandelle et des fleurs seront déposées sur la plateforme de la station. 

L’Association invite ses membres et les citoyens à cette vigile qui aura lieu à 19 h. Il n’y aura aucune cérémonie, précise-t-on, simplement un rassemblement de la communauté en mémoire des victimes.