Tom Harding dit non à Louiseville

Louiseville — «Ça m’a ému, cette lettre-là. C’est le fun de se faire donner une tape dans le dos. Je prends ça de même.»

Yvon Deshaies a eu la surprise, vendredi après-midi, de découvrir sur son bureau à l’hôtel de ville de Louiseville une lettre de Tom Harding adressée au maire de l’endroit.

Le conducteur du train impliqué dans l’explosion de Lac-Mégantic le remercie pour son invitation qu’il décline.

Il y a un mois, M. Deshaies avait annoncé qu’il voulait aider cet homme à réaliser les 240 heures de travaux communautaires imposées par le tribunal, ce dernier ayant été condamné à une peine d’emprisonnement de six mois à purger dans la collectivité.

M. Deshaies avait trouvé des partenaires prêts à héberger et à nourrir M. Harding durant ces six mois. Un atelier mécanique était ouvert à l’embaucher.

Yvon Deshaies admet avoir versé quelques larmes en lisant la lettre acheminée à l’hôtel de ville par Tom Harding.

Tout en saluant «le sens communautaire, l’entraide, la bonté et l’amour de son prochain» des citoyens de Louiseville, M. Harding refuse l’invitation, car il prend soin de sa mère âgée. Ce dernier prend soin de souligner avoir été touché par cette offre.

Les mots de M. Harding ont également atteint une corde auprès de M. Deshaies.

«Il m’a écrit une belle lettre. J’ai versé quelques larmes. Ça me fait plaisir de recevoir cette lettre-là. Il m’a répondu. En politique, ce n’est pas toujours facile et je vis avec. Mais quand je reçois ce genre de lettre, ça me fait vraiment plaisir.»

La sortie publique d’Yvon Deshaies avait suscité des réactions sur les réseaux sociaux. Certaines personnes se demandaient si ces agissements correspondaient vraiment au rôle d’un maire, tandis que d’autres lui demandaient de s’occuper d’abord des citoyens de sa propre ville.

Yvon Deshaies s’est toujours défendu en disant que cette initiative était à titre personnel et qu’elle ne coûtait rien à la Ville.

Voilà pourquoi il va répondre lui-même à Tom Harding en écrivant une lettre de courtoisie. Mais le tout sera rédigé sur du papier officiel de la Ville de Louiseville.

«Il m’a écrit à titre de maire de Louiseville. S’il avait envoyé la lettre chez moi, je lui aurais répondu personnellement. Je vais écrire la lettre. Si on calcule la feuille, l’enveloppe et le timbre, ça va coûter environ un dollar à la Ville et je ne paierai pas. Je fais assez d’ouvrage à la Ville, c’est pas trop cher payé!»