«L’un de nos collègues a lancé un appel à l’aide en tentant de s’enlever la vie en direct, alors on suspend tous nos moyens de pression contre la loi 17», a déclaré le porte-parole du Regroupement des intermédiaires de taxi de Québec (RITQ), Abdallah Homsy, lors d’un point de presse tenu au Centre de prévention du suicide de Québec.

Taxi: désespoir en direct à la télé pour un chauffeur [VIDÉO]

Le geste désespéré d’un chauffeur de taxi de Québec, qui a tenté d’attenter à sa vie en direct à la télévision vendredi matin, a amené l’industrie du taxi à mettre fin à tous ses moyens de pression prévus durant la journée.

«L’un de nos collègues a lancé un appel à l’aide en tentant de s’enlever la vie en direct, alors on suspend tous nos moyens de pression contre la loi 17», a déclaré le porte-parole du Regroupement des intermédiaires de taxi de Québec (RITQ), Abdallah Homsy, lors d’un point de presse tenu au Centre de prévention du suicide de Québec. Il faisait référence au geste désespéré du propriétaire de 20 permis de taxi lors de l’émission Québec Matin sur le réseau LCN, alors que l’animateur Jean-François Guérin réalisait une entrevue en duplex en direct. 

«Avec l’ampleur de ma dette, je ne suis pas encore rendu à ce que je vais faire de mon futur. Je souhaite, mais je souhaite, le plus grand rêve c’est que M. Legault change, mais il ne changera pas. C’est impossible. C’est impossible. On va aller jusqu’au bout, jusqu’au bout, je n’ai plus rien à perdre. Je n’ai absolument plus rien à perdre. Mais M. Legault, lui y a pas de cœur et il m’a enlevé mon cœur», avait déclaré l’homme, qui a vite été secouru, puis transporté à l’hôpital par ambulance. Il serait présentement dans un état stable et sa vie ne serait pas en danger.

«C’est normal que vous perdiez le sommeil, c’est normal que vous viviez de l’anxiété. On vous invite seulement à demander de l’aide. Aujourd’hui, je ne veux pas parler de la loi 17 et je souhaite céder toute la place à la prévention du suicide», poursuit M. Homsy.

Linda Poirier, directrice du Centre de prévention du suicide, a rappelé que des crises sociales comme le conflit entre les chauffeurs de taxi et le gouvernement amenaient souvent une hausse des appels, tout comme les situations particulières comme celle survenue en direct à la télé vendredi matin. «Récemment, un suicide dans un téléroman a bouleversé beaucoup de citoyens du Québec et plusieurs nous ont appelés. On espère que le geste posé provoquera une hausse des appels, que les personnes en détresse décident de nous appeler au 1 866 APPELLE, où des intervenants sont disponibles 24h sur 24, sept jours sur sept et partout au Québec, plutôt que de tenter un geste désespéré», poursuit-elle.

+

Éviter de partager

Mme Poirier invite cependant la population à ne pas partager les images du geste du chauffeur de taxi, déjà diffusées amplement sur le réseau social Facebook, le site de microblogage Twitter et ailleurs sur le Web. «Ce ne sont pas des images à partager, on ne fait pas circuler ces images-là. Elles peuvent bouleverser et on ne voudrait pas qu’elles encouragent quelqu’un à faire la même chose. Ça n’aide personne, ça n’aide pas la cause, ça n’aide pas la population. Il faut respecter les personnes et leurs familles.»

Les chauffeurs de taxi du Québec avaient prévu offrir des courses gratuites à leurs clients vendredi afin de nuire à la multinationale de transport de personnes Uber et de faire pression sur le ministre des Transports François Bonnardel et sur le gouvernement caquiste, qui vient de déposer une réforme de l’industrie du transport de personnes. Plus tôt cette semaine, ils avaient ralenti et bloqué la circulation en plus de brûler leurs vêtements et leurs lanternons.

Bonnardel «bouleversé»

Le ministre Bonnardel a d’ailleurs réagi par voie de communiqué de presse aux événements diffusés à la télé. «Je suis sincèrement bouleversé par ce qui s’est produit ce matin. Je suis également touché par les témoignages et les situations humaines rapportés dans les médias. Tous les jours, je réitère l’importance de privilégier un dialogue ouvert afin d’assurer une transition harmonieuse et de pérenniser l’industrie traditionnelle du taxi. Des discussions ont toujours cours entre vos représentants et le gouvernement du Québec et se poursuivront dans les prochaines semaines. Laissons une chance à notre dialogue de réussir», a-t-il déclaré, invitant lui aussi les personnes en situation de détresse à composer le 1 866 APPELLE.

Par ailleurs, des sources bien au fait du dossier ont confirmé aux médias que le ministre Bonnardel aurait bien aimé tenir un point de presse conjoint avec les représentants de l’industrie du taxi à la suite du geste posé par l’un des leurs en ondes. Le RITQ a cependant refusé et précisé qu’il n’y aurait ni moyen de pression ni négociation vendredi et durant la fin de semaine.

L’homme qu’on a pu apercevoir sur les ondes de LCN ne serait d’ailleurs pas le seul chauffeur de taxi à avoir tenu des propos suicidaires au cours des dernières semaines. Des appels à ce sujet ont même été faits au Centre de prévention du suicide par des représentants du RITQ. «Présentement, nous sommes en train d’établir quelles formes de communication on pourrait utiliser pour envoyer des messages aux chauffeurs dans leurs taxis», termine un porte-parole du RITQ, Félix Tremblay.

----

Vous ou vos proches avez besoin d’aide? N’hésitez pas à joindre l’Association québécoise de prévention du suicide au 1 866 APPELLE (277-3553).