Syndicalisation d’un des plus gros restos-bars de la chaîne La Cage

Lia Lévesque
La Presse Canadienne
MONTRÉAL - Une cinquantaine de travailleurs de La Cage, brasserie sportive, viennent de se syndiquer à Saint-Laurent dans le nord-ouest de l’île de Montréal.

C’est le syndicat des Travailleurs unis de l’alimentation et du commerce, affilié à la FTQ, qui a réussi à les syndiquer, malgré le contexte de la pandémie de coronavirus. Selon le syndicat, il s’agirait d’un des plus gros établissements de la chaîne de resto-bars sportifs, situé sur Côte-Vertu.

La pandémie a entraîné un contexte particulier pour les démarches de syndicalisation. Ainsi, la requête en accréditation a été déposée le 31 juillet et accordée le 25 août. Puis, dans les jours qui ont suivi, le syndicat a mené une consultation des travailleurs en ligne pour établir son cahier de demandes, en vue de la future négociation avec l’employeur.

La question des pourboires et des horaires semble les préoccuper particulièrement, rapportent les TUAC.

Cette façon de procéder, en ligne, a eu le mérite d’accroître la participation des travailleurs au processus, a indiqué le syndicat des TUAC. Selon lui, «il n’y aura pas de retour en arrière» dans cette façon de procéder, qui a été lancée à cause des restrictions dues à la COVID-19.

Jointe au téléphone, la direction du Groupe Sportscene, qui exploite la chaîne de resto-bras, n’avait pas encore fait connaître ses commentaires, au moment d’écrire ces lignes.

Les TUAC sont déjà présents au sein de la chaîne de restaurants Saint-Hubert.