Sonia LeBel est officiellement la candidate de la CAQ dans Champlain. On l'aperçoit en compagnie de son chef chef François Legault.

Sonia LeBel saute dans l’arène politique

Trois-Rivières — C’est maintenant officiel. Sonia LeBel sera la candidate de la Coalition avenir Québec (CAQ) dans la circonscription de Champlain lors des prochaines élections. L’ancienne procureure en chef de la commission Charbonneau incarne pour le parti de François Legault la lutte à la corruption.

«J’ai combattu le crime, j’ai lutté contre la collusion et la corruption. Et ç’a toujours été fait au meilleur des intérêts des citoyens», a déclaré lors de son investiture la nouvelle candidate de la CAQ dans Champlain. «En matière de corruption et de collusion, il ne faut pas penser que la situation est définitivement réglée. Il ne faut jamais penser que le combat est gagné et baisser les bras. C’est le devoir d’un gouvernement de s’assurer d’être toujours vigilant.» 

Sonia LeBel affirme faire le saut en politique pour que le Québec et sa classe politique n’oublient pas les conclusions de la commission Charbonneau (commission d’enquête sur l’octroi et la gestion des contrats publics dans l’industrie de la construction). 

Le chef de la CAQ, François Legault, était fier de présenter sa nouvelle candidate-vedette. D’ailleurs, plusieurs députés de son parti étaient présents lors de l’annonce de cette candidature. Bien que nous sommes encore loin des élections, François Legault n’hésite pas à dire que Sonia LeBel, qui agit depuis un an comme conseillère en justice auprès de lui, est une personne ayant les qualités pour devenir ministre. Il a évoqué cette possibilité à quelques reprises dimanche matin. 

«Elle sera appelée à jouer un rôle important dans notre futur gouvernement», a-t-il confirmé. «C’est une bonne nouvelle pour la Mauricie d’avoir quelqu’un comme Sonia LeBel de ministrable.»

Lorsque l’annonce de la candidature de Sonia LeBel s’est précisée, il y a une dizaine de jours, la députée libérale de Laviolette, ministre de la Mauricie et ministre du Tourisme, Julie Boulet, avait affirmé qu’elle n’avait «pas l’air sympathique». Cette impression de l’ancienne ministre des Transports venait de sa comparution devant la commission Charbonneau. Autant Sonia LeBel que son chef François Legault ont tourné à la blague cette remarque en affirmant à plusieurs reprises le contraire sous les rires des militants présents. 

«Je suis capable de comprendre sa réaction. Les circonstances de l’interrogatoire à la commission Charbonneau n’étaient pas nécessairement propices à ce qu’on développe des liens d’amitié. C’est le seul commentaire que je vais faire à ce sujet», s’est-elle contenté de répondre. 

Avant même qu’elle soit officiellement candidate de la CAQ, Sonia LeBel a entrepris une tournée de la région. Elle indique avoir déjà commencé à rencontrer des maires de sa circonscription. Elle compte de plus dans les prochaines semaines entendre les préoccupations des électeurs de sa circonscription.

«Je suis déjà au courant de plusieurs défis et enjeux dans Champlain. Ce que je veux faire, c’est vraiment les comprendre pour après prendre des mesures qui seront vraiment efficaces», a-t-elle précisé. 

Cette tournée de la région lui a déjà appris que l’accès à l’Internet haute vitesse est un enjeu majeur pour bien des entreprises et citoyens de Champlain. «C’est inusité qu’en 2018, des entreprises se voient freinées dans leur développement parce que les accès Internet ne sont pas adéquats», a noté Mme LeBel. 

François Legault soutient de son côté que la Mauricie, une région où il espère faire d’importants gains, n’a pas suffisamment d’emplois de qualité avec de bons salaires. «En général dans Champlain et en Mauricie, le principal problème c’est le porte-feuille des citoyens. Les emplois sont moins bien payés que dans le reste du Québec et les taxes scolaires sont très élevées. [...] Même si les cinq comtés sont libéraux, les députés n’ont pas réussi à amasser de l’argent dans la région pour faire du développement économique», a prétendu le chef de la CAQ. 

Même si elle n’habite pas la région, Sonia LeBel y a une maison et elle y cultive plusieurs liens. Elle affirme fréquenter régulièrement la région pour y faire des activités ainsi que pour rencontrer de la famille. «La Mauricie est une région que j’adore. J’ai choisi la région, car je l’aime et j’aime les gens qui y habitent. Je me sens bien ici, j’ai des attaches et de la famille ici. Depuis que je suis toute petite, la Mauricie fait partie de mon univers», a-t-elle déclaré au début de son allocution. 

Parachutée?

La nouvelle candidate de la CAQ rejette donc les critiques qui l’ont qualifiée de candidate parachutée. «Je ne crois pas que c’est un enjeu pour les électeurs de Champlain. Ils veulent quelqu’un qui va être présent et qui va défendre les intérêts du comté», a ajouté en mêlée de presse Mme LeBel. 

La CAQ n’a pas encore annoncé ses candidats dans les circonscriptions de Trois-Rivières et de Maskinongé. François Legault n’a pas voulu commenter les rumeurs concernant une possible candidature dans Trois-Rivières de Me Jean Boulet, le frère de la ministre Julie Boulet. 

Rappelons qu’aux élections de 2014, le député libéral Pierre Michel Auger avait remporté la circonscription avec une mince majorité, devant le candidat de la CAQ, Andrew D’Amours.

Avant 2014, c’était le Parti québécois qui régnait dans cette circonscription depuis 1994, mise à part la parenthèse de la défunte Action démocratique du Québec (ADQ), de 2007 à 2008.