Sherbrooke devient orange

Sherbrooke a élu sa première députée solidaire. Avec environ 33 % des votes, Christine Labrie a délogé le ministre de la Famille et député de Sherbrooke, Luc Fortin, après une mobilisation des sympathisants de partout au Québec dans la capitale estrienne. « Vous pouvez compter sur moi pour me tenir debout pour vous à l’Assemblée nationale », a-t-elle lancé devant quelque 200 partisans survoltés.

« Ça fait longtemps qu’on veut cette voix-là et on va l’avoir cette année. Je vous invite à rester mobilisés. Changer le monde, ça ne se fait pas juste à l’Assemblée nationale. Ça se fait aussi sur le terrain et vous avez vu comment vous avez réussi à le faire cette année avec votre travail. On a besoin que vous restiez mobilisés pour voir arriver dans le monde les changements que nous souhaitons. »

Lire aussi : Dorion et Zanetti concrétisent la percée de QS à Québec
Manon Massé continuera de parler d'environnement à Québec

Le secret de la victoire, c’est un imposant travail de coulisses qui a amené dans Sherbrooke une kyrielle de bénévoles des circonscriptions de Brome-Missisquoi, de Mégantic, de Groulx, de Labelle et de Berthier. « Nous avons fait des téléphones jusqu’à 19 h 45. Plus de 85 % de nos sympathisants sont allés voter. C’est le même travail de mobilisation que dans Gouin quand Françoise David a été élue », indique Charlotte Dussault, agente de développement à Québec solidaire.

« On pensait que ce serait plus serré que ça. Nous sommes très contents de voir à quel point les Sherbrookois ont embarqué dans le projet de Québec solidaire. C’est vraiment magnifique. J’ai été très impressionnée par la force avec laquelle les Sherbrookois ont dit qu’ils voulaient une élue solidaire. Le message est clair. Je vais porter la voix des Sherbrookois avec acharnement. Je suis capable de me tenir debout, même entourée de caquistes », a réagi Christine Labrie.

Mme Labrie croit qu’on démontre du même coup qu’il n’y a pas que les jeunes qui votent pour Québec solidaire.

La députée désignée dans Sherbrooke n’hésitera pas à travailler avec les caquistes, mais elle compte bien leur rappeler quelques éléments de son programme. « Nous à QS, nous avons toujours collaboré avec les gouvernements qui proposaient des réformes qui sont pour le bien de la collectivité. On va continuer de le faire. On va essayer de les tirer vers la gauche comme on l’a toujours fait. Il faudra leur rappeler constamment que nous faisons face à une crise climatique et qu’il faut s’y attaquer tout de suite. »

Défaite par seulement 57 votes dans la campagne municipale l’année dernière, Christine Labrie estime avoir appris de son expérience. « J’ai compris que les gens avaient le goût de se réintéresser à la politique. Quand on s’adresse à eux, on peut leur redonner confiance. C’est ce que je me suis efforcée de faire en leur parlant d’une autre manière que celle à laquelle ils sont habitués en politique et pour leur montrer qu’ils pouvaient me faire confiance. »

Elle devra désormais travailler avec le maire Steve Lussier, qu’elle n’a pas hésité à critiquer dans le passé. « Ça me fera plaisir de travailler avec M. Lussier. J’ai été critique de son travail dans le passé. Je pense qu’il apprend énormément de ses erreurs. M. Lussier et moi, nous voulons tous les deux le meilleur pour Sherbrooke. »

Enfin, l’élue solidaire a eu de bons mots pour son adversaire Luc Fortin. « M. Fortin est une excellente personne, mais il portait le bilan du gouvernement libéral. Ça lui a certainement nui. Les gens avaient besoin d’un nouveau discours en politique, d’une nouvelle approche. Nous avons parlé d’un projet rassembleur et c’est ça qui a fonctionné. »

L'ambiance solidaire était à son comble au Boquébière.

Des défaites au goût de victoires pour QS

Ils n’ont pas gagné, mais ils n’en jubilaient pas moins. Les candidats de Québec solidaire en Estrie ont tous réussi à améliorer leurs résultats de 2014 en prenant la troisième position. Ils répondent à l’appel de Christine Labrie et jurent de rester mobilisés.

Annabelle Lalumière-Ting, candidate dans Orford, prenait son résultat comme une victoire. « On voulait augmenter notre nombre de votes. Nous n’avons même pas pu faire campagne à temps plein. Imaginez si nous avions pu faire autant que nous aurions aimé. Pour nous c’est une victoire. Dans quatre ans, je serai avec Québec Solidaire encore. »

Elle estime que la victoire de sa collègue dans Sherbrooke ne peut être qu’un présage du résultat ailleurs dans quatre ans.

Colombe Landry en était à une quatrième campagne dans Richmond. Elle croit que le travail des dix dernières années a payé. « J’ai l’impression que le travail est accompli. Manon a aussi fait une super belle job. On fait rêver les gens, parce qu’un autre Québec, c’est vraiment possible. C’est sûr que je serai là dans quatre ans, au moins comme militante. »

Kévin Côté peut dire qu’il a chauffé le libéral Charles Poulin dans Saint-François. « On a plus que doublé nos appuis. On va continuer le travail et la prochaine fois, nous sommes là pour gagner. Je souhaite être là dans quatre ans, mais je vais surtout être là demain, dans les prochains jours. L’environnement, la justice sociale et le féminisme sont très importants pour moi. La prochaine fois, Christine pourra aider toute l’Estrie à gagner. »

La candidate de Québec solidaire dans Orford, Annabelle Lalumière-Ting, considère sa troisième place comme une victoire.