Les pompiers ont été appelés vers 1h pour lutter contre l'incendie d'une résidence dans Spryfield, une banlieue d'Halifax, en Nouvelle-Écosse.

Sept enfants d'une famille d'origine syrienne périssent dans un incendie à Halifax

HALIFAX — Sept enfants, tous membres d’une famille syrienne arrivée au Canada il y a environ deux ans, sont morts mardi matin dans un incendie qui, selon des témoins, a rapidement englouti une maison individuelle d’Halifax.

Leurs parents, identifiés comme Ebraheim et Kawthar Barho, étaient à l’hôpital mardi, où le père, Ebraheim, luttait pour sa vie après avoir apparemment tenté en vain de sauver ses enfants.

Kawthar Barho a également été blessée. Les sept enfants ayant péri dans l’incendie étaient âgés de trois mois à 14 ans.

Dans une brève entrevue depuis l’hôpital, l’imam Wael Haridy, du Centre communautaire islamique de Nouvelle-Écosse, a affirmé que la famille Barhos avait fui la guerre civile en Syrie.

«Nous sommes à l’hôpital avec une mère désespérée qui a perdu sept de ses enfants», a-t-il déclaré, soulignant que des responsables effectuaient des tests ADN pour confirmer l’identité avant de pouvoir procéder à une cérémonie traditionnelle musulmane.

«Elle nous dit : «Est-ce que je vais récupérer mes enfants?»... C’est si difficile. C’est si triste», a-t-il confié.

De nombreux membres d’une communauté musulmane tissée serrée à Halifax s’étaient rassemblés à l’hôpital, a indiqué l’imam.

«Les gens veulent essayer d’aider, mais comment pouvons-nous... comment pouvons-nous lui fournir la moindre chose?» a dit M. Haridy. «C’est un choc. C’est une tragédie.»

La famille fait partie de 1795 réfugiés syriens arrivés en Nouvelle-Écosse au cours des dernières années, dont 345 réfugiés parrainés par des organismes ou des particuliers.

Pour les Néo-Écossais qui ont parrainé la famille Barho, l’annonce de la mort des enfants auxquels ils s’étaient attachés a été un coup «impensable».

«Je pense que tout le monde est dévasté et que notre perte n’est rien par rapport à celle des parents», a affirmé Natalie Horne, vice-présidente du groupe Hants East Assisting Refugees Team (HEART).

Mme Horne a précisé que la famille est arrivée le 29 septembre 2017. Elle a indiqué que les enfants qui sont décédés sont Ahmad, 14 ans; Rola, 12 ans; Mohamad, 9 ans; Ola, 8 ans; Hala, 3 ans; Rana, 2 ans, et Abdullah, né au Canada en novembre.

Elle a relaté que la famille avait résidé à Elmsdale pendant plus d’un an, avant de s’amener à Halifax pour se rapprocher de services de soutien aux réfugiés, notamment des formations en anglais.

Cependant, selon Mme Horne, le soutien de la communauté et de la société HEART leur avait manqué et ils avaient décidé de revenir à Elmsdale.

La tragédie a frappé quelques jours avant le retour prévu dans cette localité.

Le chef adjoint des pompiers d’Halifax, Dave Meldrum, a déclaré aux journalistes qu’il s’agissait de mémoire de l’incendie le plus meurtrier à survenir dans la province.

Danielle Burt, voisine de la famille, a déclaré avoir entendu une forte détonation et une femme crier juste après minuit et demi mardi. Elle est sortie rapidement de la maison avec ses quatre enfants et elle a vu les parents à l’extérieur, dans une scène déchirante.

«La mère était sur la pelouse - elle priait, je suppose, baissant les mains et tirant sur le bras de mon mari pour qu’il appelle le 9-1-1», raconte-t-elle, encore sous le choc. «Elle a dit que les enfants étaient à l’intérieur, et le père était assis sur les marches. Je pense qu’il était rentré parce qu’il était vraiment brûlé. C’était horrible.»

L’imam a indiqué que les funérailles auraient probablement lieu mercredi ou jeudi.

Une autre voisine, qui ne souhaitait pas être identifiée, a déclaré à La Presse canadienne qu’elle avait été réveillée par des cris dans la nuit de mardi. «Nous avons entendu d’horribles cris, puis nous nous sommes levés et avons vu les flammes», a-t-elle raconté. «C’était horrible. Nous avons appelé le 9-1-1, mais cela a pris beaucoup de temps, car tout le monde appelait apparemment en même temps.»

«J’ai vu une femme s’agiter dans la rue, elle semblait complètement en détresse», a déclaré son mari. «La police l’aidait un peu, je ne sais pas s’ils la retenaient de rentrer à l’intérieur de la maison, mais elle s’effondrait, ils la soulevaient.»

La voisine a déclaré que le feu s’était propagé très rapidement sous leurs yeux. «Quand les pompiers sont finalement arrivés, des flammes jaillissaient devant la maison, des fenêtres.»

La maison, qui a été gravement endommagée par le feu, est située dans un quartier résidentiel récemment construit. Le chef des pompiers Mike Blackburn a confirmé que l’incendie était très intense à leur arrivée, mais qu’il a été rapidement maîtrisé.

+

UNE LISTE D’INCENDIES MEURTRIERS AU CANADA

Les pompiers ont été appelés vers 1h pour lutter contre l'incendie d'une résidence dans Spryfield, une banlieue d'Halifax, en Nouvelle-Écosse.

Sept enfants, tous membres d’une famille syrienne arrivée au Canada il y a environ deux ans, sont mortes mardi matin à Halifax. Il s’agit du pire bilan d’incendie de l’histoire récente en Nouvelle-Écosse. Voici une liste de quelques autres incendies meurtriers survenus au Canada:

- Janvier 2018: Quatre enfants sont morts dans l’incendie d’une maison à Pubnico Head, Nouvelle-Écosse. Le feu avait été allumé par la chaleur provenant d’un poêle à bois.

- Avril 2017: Une femme de 80 ans et ses trois fils adultes sont morts dans l’incendie d’une maison à Saint George, Nouveau-Brunswick.

- Février 2017: L’incendie d’une résidence a tué une femme de 19 ans et ses parents à Brampton, en Ontario.

- Décembre 2016: Un incendie survenu dans un chalet la veille de Noël a tué une famille torontoise de quatre personnes à Stoney Lake, dans le canton de Douro-Dummer, près de Peterborough, en Ontario.

- Décembre 2016: Quatre garçons âgés de trois mois à sept ans sont morts aux côtés de leur père dans l’incendie d’une maison dans une réserve de la Première Nation Oneida of the Thames, près de London, en Ontario.

- Mars 2016: Trois générations d’une même famille sont mortes en mars 2016 lorsqu’un incendie a décimé une maison de la Première nation Pikangikum. Parmi les neuf victimes, il y avait un bébé de plusieurs mois.

- Février 2015: Quatre frères sont morts dans l’incendie d’une maison au sud-est de Kane, au Manitoba. Leur mère s’est échappée avec trois autres enfants, mais les garçons dormaient au deuxième étage d’une maison de ferme et n’ont pas pu sortir.

- Mars 2014: Trois adolescents sont morts dans l’incendie d’un immeuble vide à Charlottetown, Île-du-Prince-Édouard.

- Janvier 2014: Un incendie à la Résidence du Havre à L’Isle-Verte, au Québec, a tué 32 personnes.

- Mars 2011: Un grand-père et ses deux petits-enfants sont morts dans un incendie à God’s Lake Narrows, au Manitoba.

- Juin 2009: Un incendie dans une maison de retraite à Orillia, en Ontario, a tué quatre personnes.

- Août 1980: Vingt et une personnes sont mortes dans l’incendie d’une maison de retraite à Mississauga, en Ontario.

- Janvier 1980: Quarante-huit personnes perdent la vie à la suite d'un incendie lors d'une fête du Nouvel an, dans la nuit du 31 décembre au 1er janvier, à Chapais, à l'ouest de Chibougamau, au Québec.

- Décembre 1976: Vingt-deux personnes sont mortes dans l’incendie d’une maison de retraite à Goulds, Terre-Neuve.

- 1969: Un incendie dans une maison de retraite à Notre-Dame-du-Lac, au Québec, a fait 54 morts.

+