La ministre déléguée aux Transports, Véronyque Tremblay était accompagnée de la ministre du Tourisme et députée de Laviolette, Julie Boulet, des députés Marc H. Plante et Pierre Michel Auger, ainsi que du président de la FCMQ, Mario Gagnon, et du président de la FQCQ, Alain Decoste.

Sentiers de VTT et de motoneige: Québec injecte près de 11 M$

Saint-Séverin — Alors que le bilan des accidents mortels ne cesse de s’alourdir depuis le début de la saison, Québec débloque 10,7 millions de dollars afin d’améliorer la sécurité dans les sentiers de motoneige et de véhicule tout-terrain de la province.

La ministre déléguée aux Transports, Véronyque Tremblay, s’est d’ailleurs déplacée, mardi avant-midi, dans un relais de Saint-Séverin fréquenté par de nombreux motoneigistes et quadistes afin de procéder à l’annonce de cette aide qui permettra d’assurer la pérennité du réseau de sentiers. Elle a profité de l’occasion pour répéter qu’il s’agissait d’«argent neuf» provenant du Programme d’aide financière temporaire créé pour améliorer la sécurité sur les sentiers destinés aux véhicules hors route. Cette somme s’ajoute donc aux 2,3 millions $ déjà consacrés à l’entretien des infrastructures de cette importante industrie et qui proviennent des frais d’immatriculation payés par les utilisateurs.

Par ailleurs, la ministre était accompagnée de son homologue au Tourisme et députée de Laviolette, Julie Boulet, ainsi que des députés Marc H. Plante et Pierre Michel Auger. De nombreux adeptes de ces activités hivernales étaient également présents et semblaient être très heureux de l’annonce de cette aide.

«Nous souhaitons donner un véritable élan aux fédérations et aux clubs qui ont des défis importants en matière de sécurité et qui, sans cesse, poursuivent leurs efforts pour assurer la pérennité des sentiers et la sécurité des adeptes», déclare la ministre Tremblay.

Les réalisations qui seront financées grâce à cette enveloppe émaneront des différents clubs et organismes impliqués dans la pratique du VTT et de la motoneige. Selon la ministre, plusieurs de ces initiatives avaient déjà été présentées en 2016 et 2017 mais n’avaient pas été réalisées, faute de fonds. Les projets soutenus seront annoncés au cours des prochaines semaines dans les différentes régions du Québec.

Julie Boulet tient quant à elle à souligner le travail de nombreux bénévoles qui soutiennent à bout de bras cette industrie qui entraîne des retombées se chiffrant à 65 millions de dollars seulement pour la région de la Mauricie.

«Ils sont essoufflés car la charge de travail est de plus en plus grande et les équipements sont vieillissants. On vient donc leur donner une bouffée d’air frais et leur dire de continuer leur beau travail. [...] Le gouvernement est un partenaire. On croit en cette industrie, on veut qu’elle se développe, assurer sa pérennité et accompagner les projets», mentionne Mme Boulet.

Les acteurs de cette industrie accueillent très positivement cette annonce. Le président de la Fédération des clubs de motoneigistes du Québec (FCMQ), Mario Gagnon, indique que plusieurs projets d’amélioration du réseau de sentiers qui sont présentement en suspens pourront être réalisés.

«Nous souhaitons donner un véritable élan aux fédérations et aux clubs qui ont des défis importants en matière de sécurité»

«Quand on parle de la motoneige, il y a des structures qui sont là depuis 41 ans. Et avec les nouvelles lois, notamment en matière d’environnement, les coûts sont beaucoup plus importants qu’ils l’étaient auparavant. Cette aide nous donnera donc un bon coup de main», reconnaît-il.

Parmi les lacunes qui devraient être adressées en priorité, M. Gagnon note le remplacement de plusieurs petits ponts, le réaménagement de certaines courbes afin de les rendre plus sécuritaires et la mise en place de mesures afin de préserver l’environnement.

Du côté de la Fédération québécoise des clubs quads (FCQCQ), le président Alain Décoste abonde dans le même que son homologue de la FCMQ et ajoute que les sentiers ne seront jamais assez sécuritaires, d’où l’importance de les améliorer constamment.

«Les sentiers sont comme les routes. Et c’est notre travail, les fédérations et les clubs, de les rendre plus sécuritaires. C’est pour cette raison que l’on accueille avec grande joie cette aide», poursuit-il.