Justin Trudeau a expliqué que le déploiement sécuritaire à Québec et dans Charlevoix a été influencé par l’expérience du Sommet des Amériques, en 2001.

Sécurité du G7: «le moindre des malheurs», dit Trudeau

QUÉBEC et LA MALBAIE — Le premier ministre Justin Trudeau est prêt à vivre avec la critique d’un trop grand déploiement sécuritaire dans le cadre du Sommet du G7.

«Si on est pour nous reprocher qu’on a peut-être fait un peu plus que ce dont on allait avoir besoin, je pense que c’est le moindre des malheurs», a-t-il dit lors de son point de presse de clôture, samedi après-midi.

M. Trudeau a expliqué que le déploiement sécuritaire à Québec et dans Charlevoix a été influencé par l’expérience du Sommet des Amériques, en 2001. Selon lui, il y aura aussi des leçons à tirer de ce G7 pour les autres grands événements à venir.

LIRE AUSSI: Manif anti-G7: la répression policière, «une honte pour notre démocratie»

Le premier ministre a profité de sa tribune pour saluer «l’accueil légendaire» des gens de Charlevoix et a soutenu «qu’on peut être fiers» qu’il n’y ait pas eu d’incidents graves durant ce sommet.

À La Malbaie, le maire Michel Couturier était tout aussi satisfait. Il a déclaré à son dernier point de presse dans le cadre du Sommet, samedi soir, que l’événement S’était déroulé «au-delà de ses espérances».

Sur les mesures de sécurité draconiennes, il s’est dit amplement satisfait de ce qui a été mis en place par la Gendarmerie royale du Canada.

La population et la municipalité souhaitaient éviter les débordements. En ce sens, l’organisation du G7 a rempli ces exigences, a-t-il exprimé. M. Couturier croit que si ces mesures ont pu «dissuader les casseurs», elles étaient adéquates.