Robert Gauthier

Saint-Élie-de-Caxton: l'harmonie et le plaisir ont disparu

SAINT-ÉLIE-DE-CAXTON — Confrontée à une baisse marquée du nombre de touristes en 2019, la Municipalité de Saint-Élie-de-Caxton ne pourra miser sur son moteur touristique qu’est Fred Pellerin pour mettre en place en 2020 les activités organisées par l’administration municipale. Le conteur et son complice Jeannot Bournival refusent de poursuivre l’aventure avec la Municipalité, car l’harmonie et le plaisir dans le cadre de leur travail «n’étaient plus vraiment au rendez-vous».

Lundi en séance du conseil, les élus ont annoncé que la saison touristique affiche une diminution d’achalandage de 59 % entre les mois de juin et d’août, comparativement aux données de 2018. Le conseil a aussi annoncé que les deux artistes ne renouvellent pas leur entente avec la Municipalité qui avait invité le duo à poursuivre le travail.

Le Nouvelliste a contacté mardi les deux artistes de même que les Productions Micheline Sarrazin afin de connaître les raisons de leur décision. Mme Sarrazin déclare par courriel qu’après une collaboration avec la Municipalité qui aura duré 12 ans pour les audioguides et la Féerie de Noël et «compte tenu du contexte actuel, le temps était venu de faire les choses autrement».

«Fred Pellerin et Jeannot Bournival continueront à collaborer à différents projets avec les gens du village, et ce, d’une autre manière. Il est important pour eux de travailler dans l’harmonie et le plaisir. Malheureusement, au cours de la dernière année, ceux-ci n’étaient plus vraiment au rendez-vous», écrit Mme Sarrazin.

Cette dernière précise que le duo passe maintenant à autre chose et que les projets sont déjà nombreux.

Au début du mois d’août, Robert Gauthier annonçait que Saint-Élie voulait renouveler son entente avec Fred Pellerin. L’actuelle entente de cinq ans prend fin le 14 octobre, soit au terme de la présente haute saison touristique. 

S’il refuse de commenter les raisons évoquées par les Productions Micheline Sarrazin, Robert Gauthier se dit déçu de cette décision de Fred Pellerin et de Jeannot Bournival.

«Le moteur du tourisme, c’est Fred. On perd notre moteur. C’est pour ça qu’on est déçu. Au début du mois d’août, le conseil municipal a informé les Productions Micheline Sarrazin de notre intérêt pour avoir une nouvelle entente de deux ans. On souhaitait obtenir une rencontre pour jeter les bases de cette nouvelle entente. Le 22 août, ils nous informent qu’ils ne renouvellent pas l’entente. On est mis devant le fait accompli. Ce n’est pas la réponse qu’on voulait. Notre premier choix était de continuer avec Fred. C’est pour ça qu’on s’est pris d’avance. Je respecte Fred.  Je respecte leurs raisons. On souhaite qu’ils continuent de s’impliquer dans le village et c’est tant mieux s’ils le font.»

Les propos tenus par Micheline Sarrazin laissent entendre que les relations semblent difficiles entre le conteur et certains intervenants de la Municipalité de Saint-Élie. Cela s’ajoute à la sortie publique de Fred Pellerin, en décembre, qui affichait sa déception à propos de son absence de la Féerie de Noël et des commentaires négatifs qui circulaient sur la gestion municipale et les relations de travail dans son village.

Le maire Robert Gauthier avait déclaré vouloir le rencontrer au début de l’année 2019 pour que les deux parties s’entendent mieux à l’avenir. La rencontre n’aurait jamais eu lieu.

Au cours du même mois de décembre, Fred Pellerin confirmait qu’il travaillait à un projet de salle de spectacles à Saint-Élie. Le conteur annonçait en avril qu’il renonçait à cette idée, expliquant qu’il ne pouvait investir près d’un million de dollars avec des partenaires dans un contexte d’incertitude.

Questionné à savoir s’il saluait Fred Pellerin lorsqu’ils se rencontrent quelque part à Saint-Élie, M. Gauthier a refusé de répondre.

«Je ne veux pas commenter ma relation avec Fred. C’est une question qui interpelle une autre personne.»

Jeannot Bournival et Fred Pellerin

Perte de 50 000 $

La météo décevante en début de saison, la concurrence de plus en plus grande en offre touristique et un conte à peine rafraîchi sont parmi les raisons ciblées pour expliquer ce repli de 59 % des ventes de billets pour les balades en carrioles et les audioguides observé de juin à août. Mais le fait que l’univers de Fred Pellerin soit moins présent sur les ondes d’Ici Radio-Canada avec la fin de la série Saint-Élie-de-Légendes et l’embargo sur les carrioles (du 12 décembre au 3 juillet) ont fait mal, mentionne Robert Gauthier, qui s’attend à ce que la Municipalité absorbe un déficit de quelque 50 000$ en raison de la mauvaise saison touristique.

«Pour les visites de groupes d’associations, les gens veulent réserver d’avance. Ça appelle dès la fin du mois de janvier pour réserver des dates en juillet. On ne pouvait pas à ce moment leur garantir qu’on allait avoir les carrioles, on était en négociations avec le gouvernement. Les groupes, ça réserve pour 48, 50, 55 personnes. C’est du volume qu’on n’a pas eu. Ça explique peut-être 20 ou 25 % de la baisse totale. Et pour Saint-Élie-de-Légendes, il y avait 700 000 spectateurs à Radio-Canada. Si 2 % de ces spectateurs viennent à Saint-Élie, c’est 14 000 personnes. Notre ambassadeur à Saint-Élie, c’est Fred Pellerin. On est bien heureux de l’avoir. La croissance du tourisme à Saint-Élie est due à la croissance de la carrière de Fred. Si les gens ne nous voient plus à la télé, ils ne pensent plus à nous et vont voir ailleurs.»