Sabryna Mongeon, ici avec son conjoint Jonathan, a été victime d’un grave accident de la route et a dû être amputée de ses quatre membres.

Sabryna Mongeon: pas de honte à demander de l'aide

« Aller chercher de l’aide, c’est une forme de résilience, ça ne fait que démontrer la force qu’on peut avoir en soi. »

Voilà l’un des messages d’espoir qu’a livrés mardi la Gatinoise Sabryna Mongeon, moins d’un an après son terrible accident de la route qui a mené à l’amputation de ses bras et de ses jambes.

La jeune femme de 19 ans, désormais installée chez son père à Laval à proximité du centre de réadaptation, était de passage dans son patelin parce qu’elle a accepté le rôle d’ambassadrice d’une campagne de sensibilisation sur la santé mentale.

C’est la Fondation équestre Red Robin, dont la mission est d’offrir aux personnes aux prises avec des problèmes de santé mentale, de comportement ou de développement personnel du soutien thérapeutique axé sur des interactions avec les chevaux, qui a fait appel à ses services.

Sabryna, qui a elle-même eu recours à cette forme de zoothérapie le printemps dernier, affirme que cela lui a fait un grand bien sans même qu’elle n’ait à parler. L’unique contact avec un cheval lui a transmis de la force, dit-elle.

Sabryna Mongeon a été victime d’un grave 
accident de la route et a du être amputée de ses 4 membres.

La Gatinoise, qui souligne que le sujet est encore tabou et que de nombreuses personnes hésitent à demander de l’aide psychologique de peur « d’être jugé ou de paraître faible », affirme qu’au contraire, il faut arrêter de faire semblant et lancer un SOS au moment opportun.

Dans son cas, elle indique que c’est lorsqu’elle a perdu ses mains qu’elle a réalisé que demander de l’aide devait devenir un réflexe.

« Je n’avais plus le choix d’en demander. Autant pour manger, me gratter, peu importe ce que je voulais faire. J’ai comme pris l’habitude de demander de l’aide, alors quand je suis arrivée dans un bas-fond dans ma vie, quand ça n’allait pas bien, mon réflexe a été d’en demander », lance la jeune femme, qui souhaite que tout le monde agisse ainsi lors de moments de détresse.

L’animatrice radio et chanteuse Joanie Charron ainsi que le chanteur Boom Desjardins s’associent aussi à la cause.

Un don de 12 000 $

L’organisme a annoncé lors d’un point de presse dans le secteur Buckingham qu’un don de 12 000 $ lui a été versé par le Fonds communautaire Bell cause pour la cause en soutien à son son projet intitulé « Mon bien-être psychologique, je m’en occupe ». Grâce à un partenariat, il s’agit d’une initiative qui permettra d’offrir des ateliers de mieux-être et des sessions thérapeutiques individuelles à des élèves de deux établissements scolaires de la région (école polyvalente de l’Érablière à Gatineau et école de la Montagne à Notre-Dame-de-la-Salette). Ceux-ci pourront ainsi être mieux outillés, espère-t-on, pour faire face à l’anxiété et le stress, par exemple.

« On veut faire la différence, une personne à la fois », de dire la présidente de l’organisme, Andray Renaud.

La Fondation équestre Red Robin, basée à L’Ange-Gardien, a vu le jour en 2016 après qu’un jeune homme prénommé Robin se soit enlevé la vie à la suite d’une escroquerie dont il a été victime.