Gertrude Bourdon, «comme toute personne répondant aux exigences, peut soumettre sa candidature» pour le poste de pdg du CHU de Québec qu’elle occupait avant de se présenter dans Jean-Lesage.

Rien n’empêche Bourdon de soumettre sa candidature au poste de pdg du CHU de Québec

Que fera Gertrude Bourdon après son saut raté en politique? La présidente-directrice générale démissionnaire du CHU de Québec pourrait-elle resoumettre sa candidature à ce poste? Réponse et explications.

Lundi, la libérale Gertrude Bourdon n’a récolté que 17,9 % des votes dans Jean-Lesage, loin derrière le solidaire Sol Zanetti (34,7 %) et la caquiste Christiane Gamache (32,4%).

Dur revers pour celle qui, après avoir d’abord songé à se présenter pour la Coalition avenir Québec, était pressentie pour diriger le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) dans un gouvernement libéral réélu.

Après la démission — sans indemnité de départ — de Mme Bourdon, le ministère de la Santé a publié un appel d’intérêts et de candidatures pour combler le poste de pdg du CHU de Québec, dont le salaire maximum s’élève à 311 812 $. Les dossiers de candidature doivent être envoyés au plus tard le 8 octobre au sous-ministre Michel Fontaine.

En attendant la nomination officielle d’un nouveau pdg, l’intérim a été confié à Lucie Grenier, qui occupait jusqu’au 24 août le poste de pdg adjointe du CHU de Québec.

Selon une porte-parole du ministère de la Santé, Noémie Vanheuverzwijn, Gertrude Bourdon, «comme toute personne répondant aux exigences, peut soumettre sa candidature».

Outre le CHU de Québec, le ministère de la Santé est en période d’affichage pour les postes de pdg du CHU Sainte-Justine et d'un pdg adjoint au Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) du Nord-de-l’Île-de-Montréal.

L’affichage prend fin le 4 octobre dans le premier cas, et le 10 octobre dans le second. Les salaires y sont cependant moins élevés qu’au CHU de Québec, notamment un maximum de 267 329 $ au CHU Sainte-Justine.

Mme Vanheuverzwijn explique que «les modalités d’affichage par le MSSS sont faites pour faciliter le processus aux établissements qui ont la responsabilité de fournir des candidats au ministre qui, lui, recommande un candidat au gouvernement».

Décentralisation

C’est Danielle McCann, une ex-pdg du réseau de la santé, qui dirigera vraisemblablement le ministère de la Santé du nouveau gouvernement caquiste. Pendant la campagne électorale, Mme McCann a fait part de son souhait de décentraliser le réseau de la santé en faisant notamment en sorte que les pdg des CIUSSS soient nommés par les conseils d’administration des établissements plutôt que par le ministre.

Il n’a pas été possible de connaître les intentions de Gertrude Bourdon, celle-ci ayant décliné notre demande d’entrevue, mardi.