Retour sans frais du Chagall au MBAC

Le Musée des beaux-arts du Canada (MBAC) et Christie’s ont annoncé jeudi que La Tour Eiffel du peintre Marc Chagall sera bel et bien retirée de la vente aux enchères, et ce sans frais pour le MBAC.

Dans un bref communiqué émis conjointement, les deux établissements précisent qu’«une entente financière à la satisfaction des deux parties a été conclue, qui n’engage pas de frais pour le Musée de beaux-arts du Canada.»

Si le musée n’a pas fourni davantage de détails concernant cette entente, l’agente principale des relations publiques et médiatiques du MBAC, Josée-Britanie Mallet a toutefois indiqué que l’accord a été rendu possible grâce «à un donateur qui veut rester anonyme». 

Quant au retour du tableau à Ottawa, le MBAC et Christie’s ont indiqué travailler «ensemble à préparer le retour du tableau au Musée». La veille, au cours de la première médiatique d’une exposition, le directeur du MBAC Marc Mayer avait précisé que la toile se trouvait à New York. 

Propriété du MBAC depuis 1956, la toile du peintre estimée entre 6 et 9 millions de dollars devait être vendue aux enchères le 15 mai, à New York. 

Le MBAC a été plongé au cœur d’une controverse au début du mois d’avril après avoir décidé de vendre la toile de Chagall pour financer l’achat du Saint Jérôme entendant la trompette du Jugement dernier du peintre français Jacques-Louis David pour s’assurer que ce dernier ne quitte pas le pays. Deux musées québécois, le Musée des Beaux-Arts de Montréal et le Musée de la Civilisation de Québec avaient pourtant montré leur intérêt à acquérir conjointement le Saint-Jérôme, pour lequel l’actuel propriétaire, la Fabrique de la paroisse Notre-Dame de Québec, réclame 6,3 millions de dollars.