Orléans Express reprendra sa liaison Québec-Montréal dès vendredi.
Orléans Express reprendra sa liaison Québec-Montréal dès vendredi.

Reprise graduelle des services d’Orléans Express

À l’arrêt depuis la fin mars en raison de la crise sanitaire, Orléans Express reprendra sa liaison Québec-Montréal dès vendredi.

Dans un communiqué diffusé tôt jeudi, Orléans Express explique qu’un récent sondage réalisé auprès de ses passagers «révèle leur intention d’utiliser les services du transporteur interurbain au cours des prochains mois, et ce, à travers le Québec». 

La compagnie, qui n’avait jusqu’ici annoncé aucune date de reprise de ses services, indique que cette reprise débutera par le tronçon entre Montréal et Québec, «alors que les liaisons régionales reprendront dans un deuxième temps, en adéquation avec la récente annonce du gouvernement».

«Tout indique que les routes seront prises d’assaut par les vacanciers cet été. L’occasion est idéale pour redécouvrir les régions de la province, visiter famille et amis et expérimenter de nouvelles activités et Orléans Express sera présente pour transporter les usagers en toute sécurité et confort, à bord de nos autocars qui sillonneront les routes du Québec», souligne le président-directeur général de Keolis Canada, Pierre-Paul Pharand.

Plusieurs mesures seront mises en place afin d’éviter la transmission de la COVID-19: distanciation sociale à bord des véhicules (14 passagers maximum) et dans les gares, port du masque obligatoire pour tous les passagers, nettoyage des mains avec une solution désinfectante au moment de l’embarquement et désinfection des véhicules entre chaque voyage.

«Pendant cette période de transition, il est également important de souligner que les enfants ne seront pas autorisés à voyager seuls, que les passagers ne pourront consommer de nourriture à bord de l’autocar, que les toilettes ne seront pas disponibles et que seuls les paiements en ligne seront acceptés», ajoute Orléans Express.

Les passagers seront par ailleurs invités à déposer directement leurs propres bagages dans la soute de l’autobus afin d’éviter les manipulations d’un tiers. 

Pour en savoir plus sur les trajets desservis et les voyages disponibles, le site web d’Orléans Express sera mis à jour en temps réel. Outre Montréal et Québec, la compagnie dessert en temps normal les régions de la Mauricie, du Bas-Saint-Laurent, de la Gaspésie et du Centre-du-Québec.

Questionnée quant à la date de reprise des trajets dans ces régions, l’entreprise a indiqué au Soleil que cette reprise «tiendra compte de l’évaluation régulière de l’achalandage afin de nous assurer de bien répondre aux besoins de la clientèle» et qu’elle ajustera ses services en conséquence. «Nous espérons fortement être en mesure de relancer les autres lignes prochainement, mais aucune date n’est confirmée pour le moment», nous a-t-on dit.

Orléans Express et les autres entreprises de transport par autocar attendaient des réponses depuis plusieurs semaines du gouvernement sur leur plan de relance et l’aide demandée à Québec, qui a finalement consenti mercredi à leur verser un total de 8,2 millions $, moins que les dizaines de millions $ réclamés.

Le principal frein à la relance était l’obligation de distanciation de deux mètres entre les passagers, qui fait en sorte que les autocars d’une cinquantaine de sièges ne peuvent accueillir plus de 14 passagers. Pour atteindre le seuil de rentabilité, les transporteurs affirment qu’il faut environ 35 passagers. 

«Nous apprécions le support gouvernemental et en sommes encore à ce moment à analyser cette aide», indique-t-on chez Keolis Canada. 

+

+

INTERCAR : LIAISON QUÉBEC-CHICOUTIMI DE RETOUR D'ICI LE 27 JUILLET

Intercar accueille avec satisfaction l’annonce d’une aide gouvernementale d’urgence pour le transport interurbain. L’entreprise analyse actuellement le programme d’aide afin de trouver une façon d’amorcer un déconfinement sécuritaire et viable financièrement. La liaison Québec-Chicoutimi sera la première à être de retour, et ce, d’ici le 27 juillet.

«On est très heureux de l’annonce. On analyse le programme pour voir comment ça pourrait se mettre en branle chez nous», affirme d’emblée Hugo Gilbert, président d’Intercar. 

Ce dernier confirme que les liaisons Québec-Chicoutimi seront offertes à nouveau sous peu. «La liaison Québec-Chicoutimi reprendra d’ici le 27 juillet. On espère même que ce sera avant.» 

Les autobus d’Intercar ont une capacité variant entre 52 et 56 passagers. Les normes gouvernementales permettront d’en accueillir 14. 

«La Fédération des transporteurs par autobus (FTA) a déposé une proposition de mesures sanitaires qui permettraient d’augmenter le nombre de personnes à bord à l’Institut national de santé publique. Lorsque la liaison Québec-Chicoutimi reprendra, on espère pouvoir accueillir plus que 14 passagers.»

Hugo Gilbert admet qu’il est inquiet de la réponse des utilisateurs. «Ça fait partie de notre réflexion. On veut mettre en place des mesures qui vont assurer la sécurité des passagers. Par contre, on ne veut pas être déficitaire dès le début. Il faut trouver un compromis entre sécurité et rentabilité. On a vu les inquiétudes suscitées quand ils ont permis aux gens d’être assis côte à côte dans les avions. On veut un départ sécuritaire et viable financièrement.»  

Il est encore trop tôt pour savoir quand et comment pourront reprendre les liaisons sur la Côte-Nord, à Chibougamau et au Lac-Saint-Jean. Intercar évalue actuellement la situation. 

«Le volet de programme qui concerne les liaisons en région est en cours d’analyse. Ça demande plus de temps. Un plan de relance sera soumis au ministère pour les régions.» 

Intercar compte près de 100 chauffeurs en arrêt de travail depuis mars. «Avec le retour de la liaison Québec-Chicoutimi, une dizaine pourront reprendre du service. Ensuite, lorsque le transport reprendra sur la Côte-Nord, dans le coin de Chibougamau et au Lac-Saint-Jean, on atteindra l’ensemble des conducteurs, si on revient au réseau du 13 mars.» 

Le président d’Intercar espère pouvoir offrir de plus en plus de services au fil des semaines à venir. «On espère maintenir un rythme de déconfinement de trois semaines entre chaque liaison. À la fin de l’été, 50% du réseau pourrait être en place, mais tout ça reste à déterminer.» Le Quotidien