La centrale syndicale, qui est principalement concentrée dans le domaine de l’éducation, affirme que le récent rattrapage budgétaire n’a pas réparé les torts causés aux réseaux collégial et universitaire au cours des années précédentes.

Rentrée dans les cégeps et universités: la CSQ revendique un financement stable

À l’aube de la reprise des cours dans les cégeps et les universités, la Centrale des syndicats du Québec (CSQ) revendique un financement stable et prévisible de l’enseignement supérieur.

La centrale syndicale, qui est principalement concentrée dans le domaine de l’éducation, affirme que le récent rattrapage budgétaire n’a pas réparé les torts causés aux réseaux collégial et universitaire au cours des années précédentes.

La CSQ cite des données de la Fédération des cégeps, selon laquelle le manque à gagner au palier collégial entre 2011 et 2016 s’est élevé à 155 millions $.

Pour le palier universitaire, le manque à gagner approcherait les 2 milliards $ depuis 15 ans, soutient la CSQ, qui rapporte en cela les évaluations de la Fédération québécoise des professeurs d’université - une autre organisation syndicale.

La présidente de la Fédération des enseignants de cégep de la CSQ, Lucie Piché, estime qu’une révision de mode de financement des cégeps est «absolument nécessaire», afin de mieux combler les besoins, en tenant compte de la taille de l’établissement, des réalités régionales et de la mission de chacun.

Et la nouvelle présidente de la CSQ, Sonia Éthier, juge que le «sous-financement chronique» a eu des répercussions aussi sur les étudiants. «Les étudiants ne bénéficient pas des services et de l’offre de formation auxquels ils ont droit», a-t-elle affirmé dans un communiqué.

Le personnel aussi en paie le prix, selon Mme Éthier. «La majorité de nos membres vivent de la précarité et un alourdissement persistant de leur tâche», a-t-elle soutenu.

Le gouvernement Couillard, de son côté, a déjà affirmé avoir réinvesti massivement en éducation, après avoir rééquilibré les finances publiques et retrouvé une marge de manoeuvre lui permettant de le faire. Il assure aussi avoir réinvesti dans l’enseignement supérieur.