Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
En lien avec l’amélioration de l’offre touristique au nord du 49e parallèle, Air Tunilik a reçu une subvention de 5M$ pour poursuivre son développement.
En lien avec l’amélioration de l’offre touristique au nord du 49e parallèle, Air Tunilik a reçu une subvention de 5M$ pour poursuivre son développement.

Québec octroie 8 M$ pour stimuler des projets touristiques au nord

Steeve Paradis
Steeve Paradis
Collaboration spéciale
Article réservé aux abonnés
Afin de stimuler la réalisation de projets touristiques au nord du 49e parallèle, le gouvernement québécois vient de débloquer une somme de 8 M$ pour créer un incubateur-accélérateur de ce type de projets. Québec vient également directement en aide à Air Tunilik, une entreprise qui œuvre sur ce territoire.

Aux dires de la ministre du Tourisme, Caroline Proulx, cet incubateur-accélérateur offrira aux promoteurs du nord un accompagnement sur mesure pour les étapes de la réalisation du plan d’affaires, du montage financier, de la mise en œuvre de leurs projets et aussi du mentorat quand ce sera nécessaire.

«On pourra ainsi rehausser l’offre et mieux structurer le tourisme au nord du 49e parallèle», a fait valoir la ministre. La moitié de la somme pour le financement de l’incubateur-accélérateur provient de son ministère. L’autre 4 M$ est à la charge de la Société du Plan Nord. Les trois quarts de la somme seront directement investis dans les entreprises retenues.

Ce projet «permettra de faire la diversification du tissu économique au nord du 49e parallèle», a pour sa part indiqué Jonatan Julien, ministre responsable de la Côte-Nord et de la Société du Plan Nord. «J’ai hâte de pouvoir bénéficier des services que vous allez développer», a-t-il ajouté lors de la conférence de presse virtuelle jeudi matin.

Cet incubateur-accélérateur sera chapeauté par trois organismes, soit la Fédération des pourvoiries du Québec, Tourisme autochtone Québec et Aventure Écotourisme Québec. Pour définir le type d’intervention qui sera priorisé, les associations touristiques régionales et les communautés autochtones seront consultées.

«Il s’agit là d’un geste concret qui démontre l’importance du tourisme autochtone. C’est aussi important que le développement durable soit au cœur de l’initiative», a souligné le directeur général de Tourisme autochtone Québec, Dave Laveau. Ce dernier invite d’ailleurs les entrepreneurs intéressés à visiter le site de l’incubateur-accélérateur, au www.ianord.ca

Comme «le nord, c’est magnifique, mais encore faut-il pouvoir s’y rendre», a rappelé la ministre, cette dernière a octroyé une aide financière de 5 M$ à Air Tunilik afin que l’entreprise améliore sa desserte aérienne sur ce territoire.

Avec ce montant, Air Tunilik pourra acquérir d’autres actifs d’Air Saguenay, qui a cessé ses opérations en 2019. Le développement de nouvelles bases et l’acquisition d’appareils sont notamment visés. Air Tunilik pourra ainsi être en mesure de couvrir le Québec d’est en ouest, de la Baie-James jusqu’en Basse-Côte-Nord.

«Nous pouvons aller dans les endroits les plus reculés du Québec, en toute saison», a affirmé le président-directeur général de l’entreprise, Simon Contant. Avec ses 12 appareils, Air Tunilik est devenu le plus important opérateur d’avions de brousse au Québec et l’un des plus gros en Amérique du Nord. De 1 000 passagers en 2019, l’entreprise désire porter son achalandage à 13 000 personnes en 2022. Le nombre d’employés ferait le même genre de bond, de 3 à 43.