Le ministre des Transports et député de Granby, François Bonnardel, a annoncé lundi l'octroi de deux nouvelles écoles primaires en compagnie du directeur général du centre de services scolaire du Val-des-Cerfs, Eric Racine, et du maire de Granby, Pascal Bonin.
Le ministre des Transports et député de Granby, François Bonnardel, a annoncé lundi l'octroi de deux nouvelles écoles primaires en compagnie du directeur général du centre de services scolaire du Val-des-Cerfs, Eric Racine, et du maire de Granby, Pascal Bonin.

Québec annonce deux nouvelles écoles à Granby

Pascal Faucher
Pascal Faucher
La Voix de l'Est
La rentrée démarre avec une bonne nouvelle pour Granby: deux nouvelles écoles primaires verront le jour sur son territoire d'ici 2022, a annoncé lundi le ministre des Transports et député de Granby, François Bonnardel.

«C'est une annonce qui me tient à coeur», a indiqué le député lors d'un point de presse tenu au centre de services scolaire du Val-des-Cerfs.

L'emplacement projeté des deux constructions n'est pas encore déterminé, mais le secteur sud-est de la ville est envisagé pour au moins l'une d'elles, a précisé le directeur général du centre de services scolaire, Eric Racine. 

«On ne peut spécifier en ce moment où elles seront, mais on a beaucoup de pression [démographique] au sud-est de Granby», a-t-il dit.

«Il y a au moins trois options possibles, dont un terrain sur la rue Robitaille», a ajouté le maire de Granby, Pascal Bonin, qui a évoqué «une belle nouvelle de la rentrée» et «un beau cadeau». 

«Avec François [Bonnardel], on a réalisé beaucoup dans le domaine de l'éducation», a-t-il dit.

«Endroits le fun»

Il s'agira des 22e et 23e écoles à voir le jour à Granby. Un Lab-École est également en préparation dans la municipalité voisine de Shefford.

À LIRE AUSSI: Des airs «de colonie de vacances» pour le Lab-École de Shefford

La facture pour les deux futurs établissements granbyens s'élève à 41 M$. «On en avait grandement besoin pour donner aux élèves des endroits le fun qui permettront de contrer le décrochage scolaire», a dit le député de Granby.

Les données démographiques font état d'une augmentation de 600 élèves en cinq ans à Granby.

Les deux écoles comprendront chacune 16 classes, soit 12 pour le régulier et quatre pour le préscolaire, dont deux pour la maternelle quatre ans. Jusqu'à 340 élèves pourront fréquenter chacune d'elles. Les matériaux québécois seront priorisés, a mentionné M. Bonnardel, notamment le bois et l'aluminium, et la couleur bleue sera prédominante.

Les futurs établissements, qui doivent voir le jour en 2022, pourront également s'inspirer des innovations architecturales apportées par le projet de Lab-École, entre autres avec l'aménagement d'espaces communs plus nombreux.

«Ça confirme le travail de plusieurs années de la communauté de Val-des-Cerfs, a dit le DG Eric Racine. Nous voulons créer le monde de demain pour développer le plein potentiel de nos élèves aujourd'hui. On accueille l'annonce avec joie et satisfaction.»

À l'avenir, les municipalités «participeront davantage à la mise en oeuvre de notre mission», a-t-il indiqué, au sens où «les pourparlers seront beaucoup plus grands» relativement au don de terrains.

Il est de coutume, en effet, qu'une municipalité acquiert un terrain pour ensuite le redonner à un centre de services scolaire afin de permettre la construction d'une nouvelle école.

«Il y aura des discussions au cours de prochaines semaines pour trouver les emplacements les plus propices» à Granby, a dit M. Racine.

Rareté du personnel

Les deux écoles permettront de combler les besoins scolaires «pour les quatre à cinq prochaines années», a dit le DG, qui mentionne ne pas s'inquiéter de la rareté du personnel enseignant actuelle et à venir.

«C'est un problème qu'on traite année après année. On comble nos besoins présentement et il y a de nouvelles cohortes qui sortent [des universités] chaque année», indique M. Racine qui a bon espoir que le manque deviendra moins aigu avec le temps.

«On a un rôle à jouer là-dedans, a dit le maire Pascal Bonin. Tout ça est un tout. Quand tu as une ville qui bouge, c'est attirant pour les professionnels.»

Québec alloue cette année 3,7 G$ pour la construction de nouvelles écoles, a indiqué le député François Bonnardel.