«On ne sait plus quoi faire avec!» confie le bénévole Bobby Vienneau à propos des boîtes à lunch reçues. C’est un beau problème, assure-t-il toutefois.

Quand le G7 redonne à Lauberivière

Les réfrigérateurs de Lauberivière débordent. L’organisme du Vieux-Port a reçu dans les dernières heures «plus de 2000» boîtes à lunch, gracieuseté de l’organisation du Sommet du G7, raconte le directeur général de l’organisme, Éric Boulay.

Dès l’arrivée du Soleil, samedi en avant-midi, Bobby Vienneau nous invite à visiter les cuisines. «Le chef n’est pas là, mais venez voir. C’est rempli.»

«On ne sait plus quoi faire avec!» confie le convivial bénévole. C’est un beau problème, assure-t-il toutefois, surpris de la générosité des organisateurs du Sommet du G7. Toutes ces boîtes à lunch proviennent du Centre des congrès, où se réunissaient en fin de semaine les journalistes en provenance de partout sur le globe. 

C’est «autant de repas qu’on n’aura pas besoin de préparer», souligne pour sa part M. Boulay.

«Pour le repas de ce midi et celui de ce soir, seulement des lunchs seront remis. Ce soir, si on a 200 personnes, on pourrait même en donner deux par personne. Ça va être le festin», avance le bénévole, ravi. 

Lauberivière reçoit souvent des surplus de nourriture lors de congrès. Mais le Sommet du G7 se distingue. «Ce qui est impressionnant, c’est la quantité», dit M. Boulay. 

À preuve: sandwich club à la dinde, accompagné d’une salade, de crudités savoureuses, d’un fruit et d’une bouchée sucrée. Gâteau blanc, glaçage varié… de quoi plaire à plusieurs. 

L’organisme prévoit remettre des boîtes à lunch à d’autres centres d’aide de la ville. «On va leur donner de la nourriture parce qu’on ne peut pas tout prendre», a dit M. Vienneau. «On ne veut pas lancer ça aux poubelles.» 

Il explique que si tous les sandwichs et desserts ne peuvent être remis, certains éléments des boîtes à lunch, comme les fruits, seront conservés et mis à la disposition des personnes dans le besoin. L’organisme récupère tout ce qu’il peut, confirme le bénévole. 

Depuis le début du Sommet du G7, des pompiers et des policiers de Québec sont aussi venus porter eux-mêmes des repas.  

Et comme l’élan de générosité est grand, au moment où Le Soleil quittait, Bobby Vienneau s’est étonné:«Tiens! Du pain! C’est bien ça, c’est facile à passer», s’exclame-t-il, constatant que plusieurs miches avaient été laissées au pied de la porte.  Avec Marc Allard

Lauberivière a reçu «plus de 2000» boîtes à lunch provenant du Centre des congrès.