Le spectaculaire accident est survenu au coin des rues Galt Ouest et Short, jeudi matin. Par miracle, personne n’a été blessé.

«Quand j’ai vu le camion dans le salon, j’étais sous le choc»

« Je dors profondément. Ce sont les policiers qui m’ont réveillé. Quand j’ai vu le camion dans mon salon, j’étais sous le choc ! »

Louis-Philippe Paul est le locataire du logement où s’est encastrée une camionnette jeudi matin sur la rue Galt Ouest. Le véhicule tirant une remorque était devenu incontrôlable et est entré en collision avec le bâtiment situé juste devant le poste de police de Sherbrooke.

À LIRE AUSSI: Le conducteur de la camionnette arrêté pour facultés affaiblies

L’événement spectaculaire est survenu au coin des rues Short et Galt Ouest vers 8 h 45. Par miracle, l’accident n’a pas fait de blessé. Malgré la force de l’impact, le locataire ne s’est même pas réveillé !

Rencontré par La Tribune en compagnie de son père Hubert, M. Paul était encore secoué. « Quand j’ai vu le policier dans ma chambre, je me suis habillé rapidement, j’ai pris des trucs essentiels, ce que j’ai pu et j’ai évacué », explique le jeune homme qui réside à cet endroit depuis février 2017.

« C’est le genre d’accident auquel j’ai déjà pensé qui pouvait arriver. La rue Galt est assez passante… »

Son père enchaîne pour dire qu’il lui avait déjà fait remarquer que son logement se trouvait directement devant le quartier général du Service de police de Sherbrooke. « C’est une anecdote un peu spéciale. Je lui disais que son logement étant en face du poste de police, il ne pouvait rien lui arriver. Tu ne te feras pas voler ni défoncer ton appart », lance-t-il.

« Regarde ce qui arrive aujourd’hui. C’est bien pour dire ! »

Louis-Philippe Paul, locataire du logement sur la rue Galt Ouest, dormait profondément quand la camionnette s’est encastrée dans son salon.

Il a fallu renforcer le coin de l’immeuble fragilisé par la camionnette. 

Évidemment, Louis-Philippe Paul ne pourra retourner vivre dans son logement avant plusieurs jours, voire des semaines, le temps qu’on procède à des réparations majeures.

Tout le bâtiment a été évacué d’ailleurs.

Le locataire disait être en mesure d’aller vivre chez sa mère pour les prochains jours.

Les pompiers ont entrepris d’évaluer la solidité du bâtiment ébranlé par la collision. La camionnette s’est littéralement imbriquée dans l’immeuble au rez-de-chaussée.