Simon Castonguay a été arrêté en Colombie-Britannique.
Simon Castonguay a été arrêté en Colombie-Britannique.

Proxénétisme: Simon Castonguay arrêté en Colombie-Britannique

TROIS-RIVIÈRES – En cavale depuis le 29 décembre dernier, Simon Castonguay a été arrêté par la GRC en Colombie-Britannique et le Service des enquêtes sur les crimes majeurs de la Sûreté du Québec à Trois-Rivières. Accusé de proxénétisme, le jeune de 20 ans était recherché en vertu d’un mandat d’arrêt pancanadien.

Simon Castonguay a été retrouvé à Burnaby en Colombie-Britannique le 10 juillet par la GRC. Il a depuis été transporté jusqu’au centre de détention de Trois-Rivières. Castonguay a comparu mercredi devant un juge par visioconférence. 

Ses conditions de remise en liberté ont été révoquées. Il a également été accusé de non-respect d’engagement, car il devait rester chez lui.

En raison de sa cavale d’environ six mois, il risque fort de demeurer en détention le temps que la justice fasse son travail. La Couronne s’est d’ailleurs opposée mercredi à sa remise en liberté. 

Rappelons que Castonguay a été accusé le 2 juillet 2019 «d’avoir amené une personne de moins 18 ans et une personne de plus de 18 ans à offrir ou rendre des services sexuels moyennant rétribution, principalement entre les mois de janvier 2018 et de mars 2019», note le sergent Marc Tessier, porte-parole de la Sûreté du Québec.

Une des présumées victimes avait 14 ans et l’autre 20 ans. Simon Castonguay aurait aussi commis des voies de fait sur une des plaignantes lui infligeant des lésions en plus de la menacer de mort. Il aurait aussi tenté d’entraver le cours de la justice en demandant à une de ses victimes de retirer sa plainte. De plus, il est accusé de possession de cocaïne. 

Castonguay était recherché par les policiers depuis le 29 décembre dernier, alors qu’il a quitté son lieu de résidence où il devait se trouver sans ne jamais revenir. 

Celui qui se serait livré à des activités de proxénétisme doit revenir au palais de justice de Trois-Rivières le 31 août prochain. 

Des accusations à Joliette

Simon Castonguay devra aussi comparaître prochainement au palais de justice de Joliette pour des infractions qui auraient eu lieu en juillet et en août 2019 à Rawdon et Repentigny. 

Castonguay est accusé de trafic de kétamine, d’avoir rendu accessible de la pornographie à un mineur, de leurre et de non-respect d’engagement. 

Comme tous les voyageurs en cette période de pandémie, Castonguay doit passer les deux prochaines semaines en isolement. 

Avec la collaboration de Nancy Massicotte