Samuel Piette (à droite) confronte Allan Cruz.

Pour une deuxième fois cette année, l’Impact perd face au FC Cincinnati, 1-0

MONTRÉAL — L’Impact de Montréal a surmonté à des moments d’adversité en début de saison pour se maintenir dans le portrait des séries éliminatoires dans la MLS. Or, depuis qu’il a entamé un segment de son calendrier en principe plus favorable, voilà qu’il ne cesse de se montrer sous un jour on ne peut plus fragile.

C’est de nouveau arrivé samedi soir alors que l’Impact a vu ses chances de participer aux séries éliminatoires prendre un autre dur coup, à la suite d’une défaite de 1-0 contre le FC Cincinnati au stade Saputo.

Allan Cruz a réussi l’unique filet de la rencontre, après seulement 30 secondes d’écoulées en première demie. Or, à écouter les commentaires de l’entraîneur-chef Wilmer Cabrera après le match, ce but a eu des effets néfastes même s’il restait encore 89 minutes à la formation montréalaise pour renverser la vapeur.

«Vous pouviez sentir que tout a changé, tout particulièrement la pression que les joueurs ont ressentie. Tirer de l’arrière après 30 secondes contre Cincinnati est quelque chose que nous n’attendions pas, pour laquelle nous n’étions pas préparés», a déclaré Cabrera.

Par la suite, aidée par une multitude de tirs imprécis de l’Impact, la formation de l’Ohio est parvenue à tenir le coup et à signer une première victoire depuis le 13 juillet, soit en deux mois.

Le retour d’Ignacio Piatti, un deuxième carton jaune à Kendall Waston à la 88e minute de jeu et un peu plus de huit minutes de temps ajouté en deuxième demie n’ont pas permis à l’Impact de revenir au score.

Du coup, l’Impact a subi une deuxième défaite de suite et n’a pas trouvé le fond du filet en 233 minutes... toutes jouées à domicile. Et on n’inclut même pas toutes les minutes ajoutées à la fin des demies de ces matchs.

Il s’agit aussi d’une deuxième victoire du FC Cincinnati en autant de sorties contre l’Impact, qui pourrait bien regretter, une fois la saison terminée, d’avoir laissé filer six points au classement contre la pire équipe du circuit Garber.

«Désappointés, probablement un peu gênés. Ce à quoi on devrait s’attendre», a résumé le gardien Evan Bush quand il a été questionné sur l’état d’esprit des joueurs dans le vestiaire après ce douloureux échec.

Pourtant, malgré cette défaite, l’Impact (11-16-4) demeure au huitième rang dans l’Association de l’Est, à trois points du Revolution de la Nouvelle-Angleterre, qui a annulé 3-3 contre Orlando.

L’Impact sera de retour en action mercredi soir au stade Saputo alors qu’il accueillera le Toronto FC dans le match aller du Championnat canadien. En MLS, son prochain match aura lieu samedi prochain, à Los Angeles, contre le Galaxy.

Pire départ possible

Alors que les joueurs de l’Impact espéraient connaître un bon début de rencontre, ils ont plutôt plié rapidement.

Cruz a profité d’un peu de cafouillage de la formation montréalaise dans son territoire pour déjouer Bush dès la première minute de jeu, grâce à un tir dans le coin rapproché, à la droite du gardien de l’Impact.

Ce fut la seule véritable menace des visiteurs lors de la première demie, largement contrôlée par la troupe de Cabrera. Le hic, c’est qu’un seul de ses neuf tirs pendant les 45 premières minutes a touché la cible. Ce tir est venu de Maximiliano Urruti, du centre de la surface de réparation, mais Tyton s’est surpassé en repoussant le ballon grâce à un plongeon à sa droite.

Les joueurs montréalais ont poursuivi leur contrôle du ballon et du territoire en deuxième demie, mais là encore ils ont manqué de finition, leurs tirs ratant à tout coup la cible.

Les hommes de Cabrera ont d’ailleurs terminé la rencontre avec un seul tir cadré, malgré 17 ballons dirigés vers le filet de Przemyslaw Tyton.

«On a poussé, mais on est incapable de marquer. On n’a pas marqué lors de nos deux derniers matchs. Nous avons eu un tir sur le filet. Après ça, c’était à côté, trop haut. C’est frustrant», a admis Cabrera.