L’artiste-médecin Francis Pelletier est l’instigateur de l’événement Croisade pour la vie, qu’il a créé afin d’honorer la mémoire de son fils Alexandre, qui est décédé tragiquement récemment.

Pour briser l'isolement et célébrer la vie

Trois-Rivières — Quelques semaines seulement après la mort tragique de son fils Alexandre, Francis Pelletier est loin de se laisser abattre. L’artiste-médecin a décidé de tenir un grand rassemblement, la Croisade pour la vie, afin de briser l’isolement, partager des idées et célébrer la vie.

Le fondateur de l’entreprise artistique Les Pelleteurs de nuages avait promis qu’il poursuivrait sa mission «de faire du bien avec du beau» malgré le décès par surdose de drogue, possiblement de fentanyl, de son fils cadet et il a tenu sa promesse. Après avoir complété la rédaction de son dernier livre, intitulé Je te souhaite..., et qui est devenu en quelque sorte un hommage à Alexandre, il s’est questionné sur les impacts qui pourraient découler de cet ouvrage, d’où la création de l’événement qui se tiendra le week-end prochain à l’Hôtel Montfort de Nicolet.

«Sans ce qui est arrivé avec Alexandre, l’événement n’aurait pas été créé. Il y a eu un enchaînement d’événements qui était en quelque sorte prémonitoire», raconte-t-il.

Alors que le processus de création de Je te souhaite... – qui devait initialement être le premier livre d’une nouvelle collection retraçant la carrière artistique de M. Pelletier qui devait être distribuée à l’échelle internationale – l’artiste a spontanément décidé d’y insérer une lettre qu’il avait écrite à son fils quelques mois avant sa mort au lieu d’un de nombreux textes qu’il a pondus au cours des 40 dernières années.

«Je lui expliquais que la vie était une rivière sauvage dans laquelle on souhaitait se la couler douce. Je lui expliquais l’importance d’apprivoiser ce fauve liquide, d’éviter les récifs et de se relever des chutes», poursuit-il.

Plongé dans la correction finale de celui-ci lorsqu’il a appris la mort de son fils, il a alors décidé de publier lui-même le livre, qui devait initialement être offert gratuitement à des éditeurs à l’étranger et ici.

«Après avoir publié des textes sur Facebook à la suite de la mort d’Alexandre, j’ai reçu de très très beaux témoignages. J’ai donc ‘‘rouvert’’ le livre et j’y ai ajouté 16 pages. Il s’agit d’un texte qui s’intitule La vie après la vie. J’ai donc repris l’essentiel de ce que j’avais mis sur Facebook ainsi que les plus beaux témoignages que j’avais reçus. [...] J’ai décidé de le publier moi-même car je ne voulais pas prendre le risque qu’il soit publié par n’importe qui et de n’importe quelle façon», explique-t-il avant d’ajouter qu’il a également fait appel à un des meilleurs imprimeurs en Amérique et que le produit final est «magnifique» selon lui.

C’est donc afin de tenir un lancement grandiose pour cet «hommage à Alexandre», et aussi afin de permettre de mettre en évidence les beautés de l’existence, que le créateur a décidé d’organiser le rassemblement du week-end prochain. Les détails de cet événement ouvert à tous et gratuit seront d’ailleurs dévoilés lors d’une conférence qui aura lieu ce jeudi.

«Nous sommes rendus à tout près d’une cinquantaine de partenaires. Ç’a parlé beaucoup aux gens cette idée de briser l’isolement et de se regrouper pour partager des idées et célébrer la vie. Le livre est devenu un prétexte à cette croisade.», reconnaît-il.