Le manufacturier de motoneiges BRP assure tout faire pour proposer des véhicules aux technologies propres et respectueuses de l’environnement, répondant ainsi à la sortie de la co-porte-parole de QS, Manon Massé, qui a déploré la pollution générée par ces véhicules des neiges.

Pollution des motoneiges : BRP répond à Manon Massé

Le manufacturier de motoneiges BRP de Valcourt assure tout faire pour proposer des véhicules aux technologies propres et respectueuses de l’environnement.

C’est ainsi que la multinationale réagit à la sortie publique de la co-porte-parole de Québec solidaire (QS), Manon Massé, concernant la pollution provoquée par la motoneige. Appelée mardi à commenter notamment la pratique de la motoneige au Québec, Mme Massé a déploré les effets de ces habitudes de consommation sur l’environnement.

« Est-ce que c’est bon brûler du gaz pour l’environnement? La réponse est non », a lancé la politicienne en conférence de presse mardi après-midi après une réunion des élus de QS à l’Assemblée nationale en vue de préparer la rentrée parlementaire.

« Qu’est-ce qu’on offre comme solution de rechange? Pas certaine qu’on offre grand-chose. (...) Ça (ne) consomme pas juste parce que ça brûle du pétrole. Construire des motoneiges, ça consomme beaucoup (de ressources) », rapporte La Presse canadienne.

Les Québécois devront changer leurs habitudes rapidement notamment pour leurs transports pour faire face à l’urgence climatique, selon elle. Au rythme où vont les choses, le Québec est loin de pouvoir atteindre la cible de réduction des gaz à effet de serre (GES) convenue pour 2030, soit 37,5 %, encore moins la cible revue à la hausse par les autorités scientifiques de l’ONU pour éviter la catastrophe climatique, soit 45 %.

« BRP investit continuellement dans la recherche et le développement (R et D) de tous ses véhicules, ici même en Estrie, tout en se concentrant sur la conception et le développement de technologies toujours plus performantes, plus propres et surtout, plus respectueuses de l’environnement », a déclaré Elaine Arsenault, conseillère principale aux relations avec les médias de BRP.

« À la fine pointe »

« Avec les ressources de plusieurs de nos installations de R et D, essentiellement situées à Valcourt et à Sherbrooke, nos motoneiges sont toujours à la fine pointe de la technologie. Depuis les 15 dernières années, nous avons fait des progrès pour considérablement diminuer les émissions et la consommation de nos motoneiges. Nous respectons également les normes des différents gouvernements d’ici et d’ailleurs dans le monde. »

Rappelons que BRP a récemment évoqué des projets d’électrification de ses véhicules. Au début de décembre, on a pu en apprendre un peu plus sur les ambitions de développement de véhicules électriques de la compagnie BRP. Le manufacturier estrien disait même envisager devenir « la Tesla du monde des deux-roues ».

Lors d’une entrevue accordée à Bloomberg, le président-directeur général de BRP, José Boisjoli, n’avait pas caché ses ambitions de mettre sur le marché une petite motocyclette mue par l’électricité.

En septembre, BRP avait profité de la tenue de son événement Club BRP 2020, à Las Vegas au Nevada, pour réitérer sa volonté de miser sur l’électrification de ses produits. Le manufacturier de Valcourt y a présenté six concepts électriques distincts au sein de ses gammes de véhicules actuels. La gamme de prototypes présentés comprenait une motocyclette deux roues à batterie baptisée CT1. un scooter (CT2), des véhicules trois roues (ECOM, Ryker et Twelve), une motomarine (GTI) ainsi qu’un kart (Sonic). Aucune motoneige ne figurait toutefois dans la présentation spéciale. Avec La Presse canadienne