Le projet de voies réservées sur le boulevard Guillaume-Couture s’élève à environ 82 millions $.

Plus de 80 millions $ à Lévis, en attendant l’interconnexion

Le gouvernement du Québec accorde finalement une enveloppe bonifiée de quelque 83 millions $ à Lévis pour réaliser son projet de voies réservées au transport en commun sur le boulevard Guillaume-Couture. Pour l’interconnexion avec la Rive-Nord, la question reste entière.

L’annonce officielle a été faite vendredi, exactement une semaine après celle du versement d’un premier montant de 215 millions $ à la Ville de Québec pour l’aménagement d’un réseau structurant de transport en commun. Au cours des derniers jours, le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, avait critiqué la lenteur du gouvernement Couillard à financer son propre projet de transport en commun. Mais vendredi, tout était oublié.

«Ça respecte intégralement les demandes qu’on a faites au gouvernement du Québec. C’est plus que ce à quoi on s’attendait. La belle surprise, c’est qu’on passe en mode planification», se réjouit M. Lehouillier, qui dit avoir reçu une confirmation de financement jeudi.

L’enveloppe globale avoisine 87 millions $ provenant du Plan québécois des infrastructures. De cette somme, 5 millions $ serviront à réaliser des études de faisabilité pour une interconnexion avec la Rive-Nord. Le maire Lehouillier souhaitait piloter ce projet qui lui est cher pour améliorer la fluidité sur la Rive-Sud. «On va travailler en fonction d’un arrimage d’interconnexion. Je veux saluer [le respect de] l’exigence extrêmement importante d’avoir la responsabilité de gérer l’interconnexion.»

Il poursuit: «Nous allons étudier toutes les possibilités, y compris les quatre scénarios déjà analysés dans le projet de SRB. Est-ce que nous allons aller porter les gens sur la Rive-Nord ou l’inverse?» Le maire laisse à l’étude le soin de retenir la meilleure option. Pour l’instant, il ne pouvait dire s’il était souhaitable ou non de réserver une voie au transport en commun sur le pont qu’emprunteront les autobus lors de l’interconnexion, se référant encore à l’étude à venir.

Voie axiale

Le projet de voies réservées sur le boulevard Guillaume-Couture s’élève à environ 82 millions $, incluant les 3 millions $ pour l’étude de faisabilité. «Nous privilégions une voie axiale (centrale), affirme le maire. Nous allons d’abord nous attaquer aux endroits les plus congestionnés comme la section entre Mgr Bourget et la route Kennedy minimalement. Peut-être même jusqu’à Charles-Rodrigue», explique-t-il. La portion de boulevard entre la rue Mercure et la tête des ponts est aussi «très problématique».

La Ville devra parallèlement s’attaquer à synchroniser les feux de circulation et à équiper les autobus d’un système de géolocalisation pour gagner en efficacité. Au final, l’objectif est de sortir les autobus du trafic pour plus de «rapidité et de confort», précise M. Lehouillier.

Par le passé, le maire avait projeté l’aménagement d’une voie cyclable cyclable et un projet de densification le long du tracé, qui ne devrait enlever aucune voie de circulation aux automobilistes, a-t-il souligné.

Le ministre Pierre Arcand, président du Conseil du Trésor, a insisté sur le fait que le projet était maintenant passé de la catégorie «à l’étude» à la catégorie «en planification». «Le 14 mars, le maire de Lévis était dans mon bureau pour me présenter son projet [...] Aujourd’hui, je suis à Lévis pour annoncer que le gouvernement du Québec sera au rendez-vous.»

Il a rappelé que l’argent versé pour l’étude sur l’interconnexion s’inscrit dans la suite logique du contrat signé avec La Ville de Québec pour l’octroi de 215 millions $ il y a une semaine, lequel spécifie qu’un système structuré doit lier les deux rives.

D’autre part, le ministre croit maintenant possible d’obtenir d’Ottawa de l’argent pour diminuer l’enveloppe versée par Québec dans le projet de voies réservées sur Guillaume-Couture. Le maire Lehouillier n’écarte pas la possibilité de devoir injecter des fonds une fois que le coût total de la facture sera connu. Il n’a pu donner un échéancier.

Chose certaine, il a obtenu l’assurance que le gouvernement du Québec transformera simultanément en boulevard urbain la route des Rivières (116), à Saint-Nicolas, tel qu’il a été présenté à la population en 2011. Le coût de la facture a déjà été estimé à 80 millions $. 

+

EN CHIFFRES

86,9 millions $ réservés au Plan québécois des infrastructures pour l’étude de faisabilité et les travaux sur le boulevard Guillaume-Couture et l’étude sur l’interconnexion.

116 ou la route des Rivières sera transformée en boulevard urbain. C’est le gouvernement du Québec qui ramassera cette autre facture estimée à 80 millions $.

7,4 kilomètres de voies réservées seront en service à Lévis une fois le projet complété sur Guillaume-Couture, en incluant les 3,3 kilomètres qui existent déjà sur la route des Rivières.

+

DES ATTENTES ÉLEVÉES POUR LA CHAMBRE DE COMMERCE

«Toute initiative pour favoriser la mobilité de la main-d’œuvre sur le territoire est une bonne nouvelle», a commenté par voie de communiqué le vice-président exécutif et dg de la Chambre de commerce de Lévis, Stéphane Thériault, en lien avec l’annonce. Cependant, il réitère l’importance d’offrir une desserte adéquate sur l’ensemble du territoire, surtout en période de rareté de la main-d’œuvre. «Avec un taux de chômage à 2,7%, répertorié en février, toute initiative pouvant aider à l’embauche et à la rétention de la main d’œuvre à Lévis est scrutée à la loupe. Des coupures sur certains parcours font mal aux entreprises lévisiennes», estime la Chambre de commerce. Elle rappelle que les travailleurs étrangers arrivent au pays sans voiture et ne peuvent être embauchés, faute de desserte. Le dg soutient que la compétitivité de la ville pourrait en être affectée à moyen terme.

+

LABEAUME S'EN REMET AUX SOCIÉTÉS DE TRANSPORT

Le maire de Québec, Régis Labeaume, s’en remet au Réseau de transport de la capitale et à la Société des transports de Lévis pour régler le dossier de l’interconnexion des futurs réseaux de transport structurants de Québec et Lévis.

«Que Lévis bâtisse ses affaires, on va bâtir les nôtres. Ensuite, les deux sociétés de transport vont se parler et s’occuperont du reste», a déclaré le maire en marge d’une séance extraordinaire du conseil de la Communauté métropolitaine de Québec.

Le maire a affirmé qu’il était heureux de l’enveloppe de 87 millions $ obtenue par sa voisine d’en face pour l’implantation de voies réservées sur le boulevard Guillaume-Couture et une étude sur l’interconnexion avec Québec. «Je suis content pour Lévis, mais c’était déjà réglé la semaine passée, on va se le dire», a affirmé le maire en référence à la sortie de son homologue lévisien, Gilles Lehouillier, contre le gouvernement du Québec la semaine dernière après l’annonce du projet de tramway de 3 milliards $ à Québec.

«Les deux sociétés de transport vont avoir du temps en masse pour voir ça», a lancé le maire Labeaume en parlant de l’interconnexion des deux réseaux. Il n’a cependant pas voulu s’avancer plus loin concernant les possibilités d’expropriation pour son projet de tramway. «On va y aller mollo avec les expropriations... je ne veux pas parler de ça, car on va alarmer tout le monde et les décisions ne sont pas encore prises.»

Il a aussi pointé du doigt le chef de l’opposition Jean-François Gosselin, qui a noté sur la page Facebook de Québec 21 des endroits où des voies pourraient être retirées aux voitures pour faire place au tramway, notamment entre le cimetière juif et le cimetière Saint-Michel-de-Sillery. «M. Gosselin se demande si je vais déterrer des morts? Il a visiblement des lubies. Nous, on va aller de l’avant et on va laisser faire les lubies!» a-t-il conclu.  Ian Bussières