Julie Boulet

Philippe Couillard choisit Julie Boulet

Trois-Rivières — Le premier ministre du Québec a tranché. Philippe Couillard a décidé que Julie Boulet sera la candidate du Parti libéral du Québec dans la nouvelle circonscription de Laviolette–Saint-Maurice. L’actuelle députée de Laviolette et ministre du Tourisme obtient donc la confiance de son chef au détriment de Pierre Giguère, le député de Saint-Maurice.

Ce choix a été rendu nécessaire après le redécoupage de la carte électorale qui retire une circonscription en Mauricie en fusionnant Laviolette et Saint-Maurice. Lors d’un point de presse à Lévis en fin d’après-midi, le premier ministre a répondu à une question concernant la sélection de Julie Boulet. L’expérience de Julie Boulet a, confirme-t-il, pesé dans la balance. 

«Nous regrettons encore amèrement la décision de la Commission de représentation électorale qui retire une circonscription en Mauricie et qui a également causé des perturbations à Montréal. J’étais désolé devant cette situation. Mme Boulet dont l’expérience régionale n’a pas besoin d’être rappelée et M. Giguère est un excellent député pour son comté. Il est très près des gens et il va continuer de s’occuper de son comté», a affirmé Philippe Couillard en confirmant qu’il a lui-même pris la décision. 

Pierre Giguère

L’expérience en faveur de Julie Boulet

Devant l’obligation de choisir entre deux députés, Philippe Couillard a donc misé sur l’expérience. En effet, Julie Boulet a été élue députée de Laviolette pour la première fois en 2001. Elle a depuis toujours obtenu la confiance des électeurs. Julie Boulet a occupé les fonctions de ministre responsable de la Mauricie, ministre déléguée à la Santé, aux Services sociaux et à la Condition des Aînés, ministre déléguée aux Transports, ministre des Transports, ministre de l’Emploi et de la Solidarité sociale ainsi que ministre du Tourisme. 

«Ici, c’est une question d’expérience, je pense, et de poids régional. Julie Boulet a de l’expérience et elle désire continuer son implication politique», a ajouté Philippe Couillard. 

La députée de Laviolette n’a toutefois pas voulu commenter sa sélection à titre de candidate de Laviolette–Saint-Maurice. Son attachée de presse, Chantale Carignan, indiquait vendredi que Julie Boulet va répondre aux questions des journalistes lundi. 

De son côté, Pierre Giguère a publié vendredi après-midi un communiqué sur sa page Facebook indiquant qu’il était toujours passionné par la politique, malgré la décision de son parti de l’écarter des prochaines élections. De plus, l’actuel député de Saint-Maurice entend poursuivre son travail et terminer son mandat. 

«Je suis toujours aussi passionné par mon rôle de député. Je continuerai de soutenir et d’accompagner mes concitoyens avec la même rigueur dont j’ai fait preuve tout au long de mon mandat», affirme Pierre Giguère en avouant être déçu de cette décision.

Élu député pour le Parti libéral en 2014, Pierre Giguère est en réflexion quant à son implication politique. Rappelons qu’en 2012, il avait été candidat dans la circonscription de Saint-Maurice pour la Coalition avenir Québec (CAQ). Malgré quelques tentatives, il a été impossible de parler de vive voix avec Pierre Giguère. 

Un caucus régional toujours uni?

Le député de Maskinongé, Marc H. Plante, est également le président du caucus régional du PLQ. En entrevue, il dénonce à nouveau la décision de la Commission de la représentation électorale de retirer une des quatre circonscriptions en Mauricie. 

«Il faut rappeler qu’on est devant le fait à cause de la décision de la commission. Il fallait faire un choix», indique Marc H. Plante. «Julie Boulet a plus d’expérience, elle a un bon bilan et elle a toujours défendu la Mauricie avec ardeur. Et notre collège Pierre Giguère fait aussi un travail exceptionnel depuis son élection. Il va continuer jusqu’au 1er octobre.»

Maintenant qu’on sait qui est écarté des prochaines élections, Marc H. Plante lance un appel à l’unité des libéraux. Il soutient notamment que l’ensemble des députés vont continuer de collaborer pour défendre les intérêts de la région. «M. Giguère est membre de notre caucus et il va continuer de travailler avec nous pour les dossiers. Il est un membre à part entière de notre caucus, mais il fallait faire un choix. On sentait que le choix devait se faire, nous étions notamment souvent questionnés à ce sujet», avoue Marc H. Plante.