L’ancien directeur général adjoint de la SQ Régis Falardeau a été relevé de ses fonctions avec solde complète en février 2014 dans la foulée de l’enquête ministérielle sur les traitements versés à deux hauts dirigeants à même un fonds ultrasecret servant à payer pour les dépenses liées aux enquêtes délicates.

Payé 850 000 $ à rester à la maison

Un ancien directeur général adjoint de la Sûreté du Québec (SQ), dont le nom avait été cité à la fin de 2012 dans l’enquête sur l’utilisation de fonds secrets par de hauts dirigeants, est payé son plein salaire à rester à la maison, depuis plus de six ans.

Régis Falardeau a été rétrogradé au grade d’inspecteur-chef à la suite des allégations dont il a fait l’objet. Entre 2014 et 2019, le salaire annuel d’un inspecteur-chef à la SQ est passé de 130 000 $ à 153 000 $, ce qui représente une somme de plus de 850 000 $ en six ans et demi.

M. Falardeau est au service de la SQ depuis 40 ans.

Embauché comme agent patrouilleur en 1979, il a grimpé les échelons jusqu’au poste de directeur général adjoint responsable de la Grande fonction de l’administration, qu’il a occupé jusqu’en novembre 2012.

Il a été muté à la direction de la sécurité de Loto-Québec peu après l’arrivée du directeur général Mario Laprise. Il a ensuite été relevé de ses fonctions avec solde complète en février 2014 dans la foulée de l’enquête ministérielle sur les traitements versés aux hauts dirigeants Steven Chabot et Alfred Tremblay à même les dépenses secrètes d’opération (DSO), fonds ultrasecret servant à payer pour les dépenses liées aux enquêtes délicates.

M. Falardeau n’a jamais été accusé de quoi que ce soit relativement à cette affaire dans laquelle il a été impliqué par la bande : à titre de directeur général adjoint responsable de l’administration, c’est lui qui avait notamment dû gérer une plainte de harcèlement psychologique déposée par Alfred Tremblay, qui se disait victime d’une rétrogradation injuste. Cette plainte a mené à un long processus de négociation avec l’état-major, au terme duquel M. Tremblay a reçu 79 877 $ provenant du fonds secret.

Une ordonnance de la cour avait interdit à un consultant en relations de travail de la SQ accusé d’abus de confiance et de fabrication de faux documents, Denis Despelteau, de communiquer avec M. Falardeau pendant son procès. M. Despelteau a reçu une peine de 15 mois à purger dans la collectivité relativement à ces accusations.

L’ancien directeur général Richard Deschesnes, les ex-directeurs généraux adjoints Steven Chabot et Jean Audette et l’ancien inspecteur-chef Alfred Tremblay ont été accusés dans cette affaire, dans deux procès distincts, mais ils ont tous été acquittés.

Vraisemblablement, aucune démarche n’aurait été entreprise durant toutes ces années pour régler le dossier administratif de M. Falardeau, afin de ne pas nuire au processus judiciaire qui touchait les autres hauts dirigeants.

La poursuite n’a pas encore annoncé si elle en appellerait ou non de la décision, mais on peut s’attendre à ce que la fin du processus judiciaire débouche sur le début du traitement administratif du statut de M. Falardeau à la SQ.

L’inspecteur-chef Guy Lapointe, responsable des communications à la SQ, s’est refusé à tout commentaire, affirmant qu’il ne pouvait commenter les dossiers administratifs pour ne pas nuire à ceux-ci.

La Presse a laissé un message à Régis Falardeau, mais au moment où l’on écrivait ces lignes, il ne nous avait pas rappelé.

Traitement semblable

Un autre haut dirigeant de la Sûreté du Québec est actuellement payé son plein salaire de 215 000 $ à rester à la maison, depuis huit mois : le directeur général Martin Prud’homme, relevé de ses fonctions à la suite d’allégations émanant de l’enquête Serment du Bureau d’enquête indépendante (BEI).

L’enquête Serment porte sur les fuites médiatiques à l’Unité permanente anticorruption (UPAC) et sur l’enquête Projet A de cette unité, qui avait mené à l’arrestation du député Guy Ouellette en octobre 2017, sans qu’aucune accusation ne soit portée.