Des arbres matures n’ont pas tenu le coup lorsque la météo s’est déchaînée vers 17h30.

Ottawa: «La tornade s’est pratiquement reformée dans ma cour»

Scott Graham profitait d’un dimanche soir tranquille dans sa cour arrière, lorsque le vent s’est levé.

«Ce n’était pas encore une tornade, dit-il. Ça s’est pratiquement reformé dans ma cour.»

Le résident de la côte Saint-Jovite a vu le tourbillon provenant du boulevard Jeanne-d’Arc, secteur Orléans.

«La base de la tornade a semblé “rebondir”, explique-t-il. Elle a quitté le sol en arrivant vers notre rue. De grands vents ont traversé notre voisinage. Nous croyons que le tourbillon — la base de la tornade — s’est reformé rapidement en touchant le sol tout près de mon terrain. Ensuite, la tornade a poursuivi son chemin vers l’est.»

Selon M. Graham, la tornade a touché le sol entre sa résidence et les environs du parc Marsha, trois kilomètres à l’est, où les dégâts sont plus importants.

À LIRE AUSSI: Une tornade de force EF1 frappe Orléans

>>> La tornade filmée du haut des airs [VIDÉO]

Dans les environs du parc Marsha et de la voie Singleton, toujours au sud du boulevard Jeanne-d’Arc, la scène de dévastation sautait aux yeux, quelques heures après le passage de la tornade.

Des arbres matures n’ont pas tenu le coup lorsque la météo s’est déchaînée vers 17h30.

Des voitures ont été lourdement endommagées par des arbres pulvérisés.

Scott Graham a vu la tornade prendre forme dans sa cour arrière, dimanche soir.

10 secondes

Scott Graham raconte que voisin de la rue Saint-Jovite a vu une branche d’arbre être propulsée comme une flèche dans un mur de sa maison.

Des vitres ont été fracassées par tout ce qui peut se trouver dans une arrière-cour, et des structures légères — comme des abris de jardin — ont été arrachées ou écrasées par des branches d’arbres.

«Je n’ai pas eu le temps d’aller au sous-sol, rajoute M. Graham. Cela a duré seulement 10 secondes. Je n’ai eu le temps que de fermer ma porte-fenêtre.»

La pluie s’est mise de la partie dans le secteur touché par la tornade de force EF1, lundi.

Au petit matin, les émondeurs entamaient les premières coupes d’arbres, les propriétaires étaient affairés à ramasser les détritus et les petites branches au sol, et les représentants des compagnies d’assurances entamaient leurs inspections.

+

La conseiller municipal d'Orléans, Matthew Luloff, était sur le terrain lundi matin pour constater l'ampleur des dégâts.

LE CONSEILLER LULOFF CONSTATE LES DÉGÂTS

Le conseiller municipal du quartier Orléans, Matthew Luloff, profitait de vacances en famille à Norwood, à mi-chemin entre Ottawa et Toronto, lorsqu’il a appris avec stupéfaction sur les réseaux sociaux qu’une tornade venait de balayer le secteur Queenswood Village, entre la route 174 et le boulevard Jeanne d’Arc Nord. Après avoir contacté la haute administration de la Ville, il est rapidement rentré au bercail. 

Même si l’alerte d’Environnement Canada a été publiée à la toute dernière minute, le jeune élu a immédiatement demandé qu’un message soit acheminé aux résidents afin de s’assurer que tous étaient en sécurité. 

En poste depuis à peine sept mois, l’ex-membre des Forces armées canadiennes cachait mal sa stupeur en se promenant de maison en maison pour discuter avec les résidents touchés et constater les dégâts, qui sont heureusement matériels seulement, dit-il. 

« C’est une destruction tellement incroyable. [...] Je suis soulagé qu’il n’y ait eu qu’une seule personne blessée, et ce n’était rien de majeur. C’est notre priorité, que les gens soient en sécurité. Nous sommes tellement chanceux », a-t-il lancé, ajoutant être impressionné par la solidarité des résidents du quartier et la rapidité d’intervention des services municipaux.