Pierre-Luc Dusseault, le candidat sortant pour le NPD dans Sherbrooke, estime que son parti a toutes les munitions pour remonter la pente au Québec alors que les premiers sondages placent le NPD en difficulté dans plusieurs comtés.

«On a tout en main pour gagner», affirme Dusseault

Pierre-Luc Dusseault, le candidat sortant pour le NPD dans Sherbrooke, estime que son parti a toutes les munitions pour remonter la pente au Québec alors que les premiers sondages placent le NPD en difficulté dans plusieurs comtés.

« Ça va donner un momentum à notre campagne au Québec et permettre à tous les candidats d’aller chercher des appuis et parler d’enjeux locaux, soulignne-t-il. Ça va permettre aux candidats d’avoir de la chair autour de l’os et d’aller présenter ça aux citoyens. C’est ce que je fais dans Sherbrooke. On a tout en main pour gagner. »

À LIRE AUSSI: De passage à Sherbrooke, Singh tente de séduire le Québec

Des sondages de Recherche Mainstreet réalisés pour le compte du Groupe Capitales Médias plaçaient la semaine dernière le NPD en 4e place dans Sherbrooke tandis que le portrait était plutôt sombre dans Richmond-Arthabaska avec à peine 3 % des intentions de vote.

AbonnezvousBarometre

« J’entends un autre signal sur le terrain, explique M. Dusseault. On contacte jusqu’à 500 personnes par jour. J’entends que les gens sont satisfaits de mon travail. Ils reconnaissent le travail que j’ai fait dans les huit dernières années et ils veulent que je continue. Pourquoi changer quand on a une formule gagnante? »

Pierre-Luc Dusseault est particulièrement fier des mesures pour aider la culture du Québec dans la plateforme de son parti. « On aspire à être au gouvernement et on veut être vu comme un allié pour le Québec, résume-t-il. Depuis trop longtemps ce sont des gouvernements conservateurs et libéraux qui se sont succédé et trop souvent, ils n’ont pas respecté le Québec. La culture pour moi c’est très important. De dire que le gouvernement du Canada peut prendre le contrôle comme ça de la production de contenu en français dans une plateforme étrangère comme Netflix, ç’a été une aberration pour le Québec.» SImon Roberge