Le nouveau directeur général d’Ubisoft Québec, Patrick Klaus, avec son adjointe, Andrée Cossette et Nicolas Rioux qui vient d’être nommé vice-président exécutif technologie.

Nouvelle direction chez Ubisoft

Changement de garde chez Ubisoft alors que Nicolas Rioux devient vice-président exécutif technologie pour l’ensemble des studios canadiens d’Ubisoft. Il cède sa place comme directeur général du studio de Québec à Patrick Klaus. En même temps, Andrée Cossette agira comme directrice générale adjointe.

C’est ce qu’a annoncé mardi Yannis Mallat, président-directeur général des studios de développement canadiens d’Ubisoft qui comptent quelques milliers d’employés au pays, dont 500 à Québec.

C’est un changement dans la continuité, estiment les trois personnes concernées. «Les plans stratégiques sont en place depuis quelques années, il s’agit de continuer de les mettre en œuvre pour l’avenir», souligne le nouveau directeur général.

Quant à Nicolas Rioux, son nouveau poste, même s’il n’existait pas encore officiellement, ne constitue pas une mise à l’écart. Au contraire, depuis 18 mois, il partageait sa tâche de directeur général du studio de Québec avec le développement de la nouvelle vision du développement technologique pour l’ensemble des studios canadiens.

«La technologie évolue rapidement, il faut donc être à la fine pointe dans notre industrie», poursuit M. Rioux. Il sera basé à Québec, mais il aura dans sa mire tous les studios de développement canadiens.

«Nicolas sera dorénavant le gardien de la vision du volet de l’innovation et de la productivité technologiques à travers tous les projets développés au Canada, expliquait M. Mallat plus tôt dans la journée. Je lui confie un rôle hautement stratégique et déterminant pour le futur de nos marques et de nos jeux.»

Pour Andrée Cossette, qui passe de la direction des ressources humaines et des communications, le poste de directrice générale adjointe en est un d’appui au nouveau patron. 

«Patrick s’occupera de tous les volets de production alors que je verrai à ce que toutes les équipes fonctionnent dans un environnement favorable au support des équipes de production. Il faut éviter tous les irritants dans les différentes étapes, avance-t-elle. Ce sera aussi l’encadrement de la relève et le développement des nouveaux talents.

Même si le studio de Québec n’a pas lancé de nouveaux jeux depuis Assassin’s Creed Syndicate, les équipes ne se sont pas tourné les pouces pour autant. «Nous sommes toujours un studio de production de jeux AAA (triple A) pour de grosses franchises d’Ubisoft. Nous pouvons compétitionner avec les grands studios de la Côte-Ouest américaine ou ceux de la Côte-Est. Nous aurons de bonnes nouvelles à annoncer de ce côté-là», continue M. Klaus sans révéler de moment précis pour la sortie de nouveaux titres.

D’ailleurs, le studio de Québec continuera de croître dans les prochaines années. Ubisoft a exposé son plan de croissance lors de l’annonce du studio de Saguenay. D’ici dix ans, le groupe de Québec comptera 200 personnes de plus. Ce sera 1000 employés additionnels au Québec sans compter l’ajout d’un cinquième studio canadien.

M. Rioux est à la tête du studio de Québec depuis 12 ans et il est à l’emploi d’Ubisoft depuis 20 ans. Patrick Klaus œuvre dans le monde du jeu vidéo depuis 20 ans. Il est arrivé à Ubisoft Québec en 2012. Il dirigeait le développement et la supervision des productions depuis deux ans.