L’auteure de ce texte estime que les nouvelles dispositions du règlement sur l’utilisation de l’eau potable à Trois-Rivières concernant le lavage de véhicules automobiles sont abusives.

Nouveau règlement sur le lavage des véhicules routiers: mais pourquoi?

OPINIONS / Peu de gens l’ont peut-être vu passer, mais un nouveau règlement s’applique cette année à Trois-Rivières sur le lavage des véhicules routiers. Maintenant, on ne peut laver sa voiture que les journées où l’on peut arroser sa pelouse (jour pair = adresse paire; jour impair = adresse impaire). Et attention: tout comme pour l’arrosage des pelouses, les amendes peuvent aller de 100 $ jusqu’à 2000 $ en cas de récidive.

Le vote d’un règlement se veut en général une réponse à un ou des abus de la part des citoyens. Dans ce cas-ci, les gens se sont-ils mis à laver leurs véhicules si souvent chaque jour que le conseil a dû légiférer et appliquer ce règlement pour le moins contraignant? Pour ma part, j’observe les gens sur ma rue et les rues avoisinantes, et je n’ai rien vu de tel. Les gens qui lavent leurs véhicules le font le jour où cela leur adonne, point. Personne ne passe son temps à laver son véhicule chaque jour.

Nous comprenons parfaitement – et c’est plus que souhaitable d’ailleurs – qu’un règlement sur l’eau potable interdise d’arroser sa pelouse chaque jour pendant des heures. C’est normal. Mais environnementalement parlant, que je lave ma voiture aujourd’hui ou demain, qu’est-ce que ça change? Si je la lave aujourd’hui, je ne la laverai pas demain ni du reste de la semaine. Rincer une voiture, la savonner et la rincer ne prend pas des litres et des litres d’eau, contrairement à l’arrosage des pelouses.

Je connais plein de gens qui travaillent six jours par semaine. Alors si vous n’avez pas de temps disponible, et que votre journée de congé s’avère ne pas être «votre journée» de lavage, eh bien tant pis pour vous! Ça ira à la semaine prochaine, en espérant qu’il ne pleuve pas cette journée-là! Et même si j’ai deux journées de congé pendant le week-end, il peut pleuvoir la journée où j’ai droit, et le lendemain, il peut faire super beau, mais je n’aurai pas le droit. C’est un peu ridicule, admettons-le.

Ce règlement ne permettra pas d’économiser de l’eau. J’appelle cela un règlement «contraindre pour contraindre». La raison officielle donnée dans un article de l’Hebdo Journal est que cette façon de faire permettra de faciliter le travail de la patrouille de surveillance d’arrosage. C’est un faux problème. Ce règlement était non nécessaire et ne va apporter que du positif à la Ville: de belles contraventions!

Il y aurait lieu de repenser fortement à la pertinence de ce règlement, qui est, selon moi et selon tous les gens avec qui j’en ai parlé, inefficace et inutilement contraignant pour les citoyens.

Linda Beaudoin

Trois-Rivières