Normand Trahan cité à procès pour cruauté et négligence envers des animaux

Trois-Rivières — Au terme d’une enquête préliminaire qui s’est étirée sur six jours depuis la mi-mars, Normand Trahan, le propriétaire du Zoo de Saint-Édouard, a finalement été cité à subir son procès sur les chefs tel que portés contre lui soit cruauté et négligence envers des animaux.

Il est vrai que le renvoi à procès n’était pas contesté par l’avocat de la défense, Me Michel Lebrun. L’enquête préliminaire visait surtout à évaluer la preuve de la Couronne et la crédibilité des témoins. Parmi ceux-ci, il y avait les vétérinaires Édouard Maccolini, Marion Desmarchelier et Shannon Ferrel de même que Me Sophie Gaillard, directrice de la défense des animaux de la SPCA de Montréal, Philip Éthier et Alessandra Magini, les deux promoteurs qui avaient tenté d’acheter le Zoo de Saint-Édouard et des constables spéciaux dont Clémentine Simon de la SPCA Montréal qui a témoigné mardi et mercredi sur son rôle dans la perquisition et l’arrestation de M. Trahan.

Notons qu’une ordonnance de non-publication nous interdit cependant de dévoiler le contenu des témoignages et de la preuve à ce stade des procédures.

Comme M. Trahan a demandé un procès devant juge et jury, le dossier a été reporté au prochain terme des assises de la Cour supérieure le 11 septembre.

Normand Trahan

On sait que son enquête préliminaire avait commencé les 12 et 13 mars dernier. Trois autres journées avaient ensuite été prévues mais les audiences avaient dû être suspendues avec la crise de la COVID-19. Elles ont finalement repris mais de façon virtuelle à quatre reprises au mois de mai, ce qui a permis de faire avancer le dossier.

Par ailleurs, en ce qui concerne la requête en stérilisation déposée par le procureur de la Couronne Me Julien Beauchamp-Laliberté, ce sera au juge David Bouchard qui a présidé l’enquête préliminaire de décider s’il a la juridiction pour l’entendre.

La Couronne soutient qu’une soixantaine d’animaux doivent être stérilisés le plus rapidement possible. Plus de 200 animaux ont été saisis lors du dépôt des accusations contre M. Trahan et localisés dans d’autres sites. Depuis, il y a eu plusieurs naissances.

Me Lebrun conteste de son côté l’admissibilité de la preuve que veut déposer la Couronne au soutien de sa requête. Mais avant de tenir le débat sur le fond, le juge devra statuer sur sa juridiction. Il fera connaître sa décision le 16 juin.