Et après plus de 30 ans de bons et loyaux services, Louis-André Dorval, 78 ans, a développé une répartie qui détend l’atmosphère avec des clients qui n’ont pas toujours conscience qu’ils sont incapables de conduire ou qui sont un peu gênés d’avoir trop bu.

Nez rouge: des bénévoles fidèles et bons vendeurs

Depuis plus de 30 ans, Louis-André Dorval est bénévole pour l’organisme Opération Nez rouge. C’est la mort de son frère, tué par un chauffard ivre, qui l’a décidé à donner de son temps pendant les Fêtes pour raccompagner des personnes avec les capacités affaiblies en toute sécurité chez eux.

M. Dorval a rallié les rangs de Nez rouge en 1987. Il a été chauffeur de 1987 à 1991, puis accompagnateur motorisé de 1992 à 2001, c’est-à-dire qu’il était dans la seconde voiture pour récupérer les bénévoles après le raccompagnement et depuis 2002, il est partenaire. Il accompagne le chauffeur et il remplit les papiers.

«Au début, je travaillais, donc c’était difficile de m’impliquer, mais quand Nez rouge a pris de l’ampleur, j’ai dit à mon boss, arrange-toi, moi je vais donner du temps», a expliqué M. Dorval, qui n’a jamais oublié le décès de son plus jeune frère à cause d’un «gars saoul».

Et après plus de 30 ans de bons et loyaux services, M. Dorval, 78 ans, a développé une répartie qui détend l’atmosphère avec des clients qui n’ont pas toujours conscience qu’ils sont incapables de conduire ou qui sont un peu gênés d’avoir trop bu.

«Une fois, un gars m’a dit qu’il n’était pas chaud. Je lui ai répondu que j’allais appeler l’ambulance ou le corbillard parce que moi je ne raccompagne que des gens chauds et pas des gens froids», a-t-il confié dans un grand éclat de rire. «Ça détend l’atmosphère, ils voient qu’on ne les juge pas. S’ils nous appellent, ça montre déjà qu’ils sont responsables. La morale, je n’aime pas ça», poursuit-il. «Une autre fois, on est arrivé chez des gens et on ramenait une femme célibataire, sa sœur lui a dit : “Tu vois, on a demandé un homme.” Et j’ai répondu : “Ce soir, vous en avez même deux. Tout le monde est parti à rire”», a-t-il raconté.

M. Dorval a été récompensé de nombreuses fois pour son implication. Il a reçu entre autres la médaille du jubilé de diamant de la reine Élisabeth II en janvier 2013, remise par le gouverneur général du Canada, pour ses 26 années de participation à Nez rouge. Il n’hésite pas non plus à se rendre dans les bars pour interpeler les jeunes et leur rappeler de ne pas conduire avec les capacités affaiblies. «La boisson, ce n’est pas fait pour les cochons, prenez-en donc, puis appelez-nous donc, et puis après ça, vous pouvez nous faire un don», a-t-il relaté avec un grand sourire. «Les jeunes, il y a une façon de les approcher pour ne pas les culpabiliser. Je l’ai même proposé comme slogan, une année.»

À Québec, qui est la plus grosse centrale, 6000 bénévoles ont participé à environ 6000 raccompagnements en 2017.

Nouveaux bénévoles recherchés

Les raccompagnements de Nez rouge ont commencé le 13 décembre 1984 à Québec. Cette année-là, l’organisme avait pu compter sur 260 bénévoles. Depuis, Nez rouge a grossi, et l’organisme existe dans tout le Canada.

En 2017, au Canada, Nez rouge a pu compter sur 51 000 bénévoles. À Québec, qui est la plus grosse centrale, 6000 bénévoles ont participé à environ 6000 raccompagnements.

Selon le directeur des communications de Nez rouge, David Latouche, 60 % des bénévoles reviennent pour une autre année, mais l’organisme a besoin de nouveaux bénévoles pour assurer la relève et être capable de répondre à la demande. 

Après en avoir entendu parler par des amis bénévoles pour l’organisme, Carole Leclerc et son conjoint Simon Couillard ont décidé de s’inscrire pour la première fois. «Des amis nous en ont parlé avec beaucoup d’enthousiasme. On s’est dit que ça serait le fun de faire une équipe», a mentionné Mme Leclerc.

Les enfants du couple ont déjà fait appel à Nez rouge et pour eux, c’est vraiment important que les gens ne conduisent pas après avoir bu et pour ça les bénévoles sont très importants. «Tant mieux si ça peut sauver des accidents de voiture», a-t-elle plaidé. «C’est plaisant et il arrive des choses cocasses selon ce que nos amis nous ont raconté», a renchéri M. Couillard.

Dimanche, lors de la journée portes ouvertes, 351 personnes se sont inscrites pour être bénévoles. Un peu moins que les années précédentes, mais l’organisme était satisfait compte tenu du mauvais temps et des conditions routières difficiles. Les gens intéressés à devenir bénévoles peuvent se rendre à la centrale, à ExpoCité, porte E, pendant toute la durée des opérations ou s’inscrire via l’application mobile. Nez rouge entamera sa campagne le 30 novembre. À Québec, le service est disponible le 30 novembre, le 1er et du 5 au 31 décembre 2018. À Lévis, la campagne a lieu le 30 novembre et les 1, 7, 8, 13, 14, 15, 20, 21, 22, 27, 28 et 29 décembre 2018.

L’organisme ne demande pas aux gens qui font appel à Nez rouge de dire ce qu’ils ont pris. Alors ceux qui auront consommé du cannabis peuvent également appeler. «On raccompagne toutes les personnes avec les capacités affaiblies, peu importe la consommation», a rappelé M. Latouche.