Jeudi, la Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) a rendu public son rapport sur cet accident qui a coûté la vie à l'ouvrier agricole Axel Josué Saloj Miculax et à son employeur, Dany Rodrigue, le 26 septembre 2018 à la Ferme Rodveil Holstein inc.

Morts dans un silo: des agriculteurs à la merci d'un gaz toxique

Les deux agriculteurs qui sont morts asphyxiés, l'an dernier, dans un silo à grains d'une ferme de Saint-Simon-les-Mines, en Beauce, n'étaient pas protégés contre un gaz toxique qui émane des fourrages mis en silo.

Jeudi, la Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) a rendu public son rapport sur cet accident qui a coûté la vie à l'ouvrier agricole Axel Josué Saloj Miculax et à son employeur, Dany Rodrigue, le 26 septembre 2018 à la Ferme Rodveil Holstein inc.

La CNESST retient deux causes pour expliquer l'accident. L'employeur et le travailleur ont été asphyxiés en raison d'une «atmosphère appauvrie en oxygène par la présence de gaz d'ensilage à l'intérieur du silo», a-t-elle constaté.

Et la «planification et les méthodes d'exécution du travail en espace clos étaient inexistantes».

Le jour de l'accident, M. Miculax est entré à l'intérieur du silo afin de niveler l'ensilage de maïs à l'aide de fourches. Un collègue l'a entendu crier et a couru chercher l'employeur, Dany Rodrigue. Ce dernier a tenté de sauver son employé dans le silo, mais il a été asphyxié lui aussi.  

Pour prévenir les accidents liés à l'atmosphère appauvrie en oxygène dans les silos d'ensilage, la CNESST exige que les agriculteurs respectent une procédure complète d'entrée en espace clos avant de pénétrer dans un silo. 

«Tant que les mesures de détection des gaz (O2, CO2, NO, NO2) ne confirment pas que l'atmosphère est sûre, le port d'un appareil de protection respiratoire est obligatoire pour monter dans la chute et entrer dans le silo», souligne  la CNESST.