Montmagny était Samuel Blais, mercredi soir. La terrasse du bistro Au Coin du Monde était bondée d’une centaine d’amis, de voisins et d’admirateurs. Chaque fois que Blais apparaissait à l’image, en action ou en entrevue, ou juste quand un commentateur le nommait, l’assistance se soulevait.

Montmagny est Samuel Blais [VIDÉO]

MONTMAGNY — Montmagny était Samuel Blais, mercredi soir. La ville natale du numéro 9 des Blues de St. Louis a vécu la Sammymanie durant les séries de la Coupe Stanley, jusqu’au paroxysme du septième et ultime match de la finale.

La terrasse du bistro Au Coin du Monde était bondée d’une centaine d’amis, de voisins et d’admirateurs. Une quinzaine d’autres avaient élu résidence temporaire sur le trottoir pour suivre le match sur l’écran géant gonflé pour l’occasion. 

Chaque fois que Blais apparaissait à l’image, en action ou en entrevue, ou juste quand un commentateur le nommait, l’assistance se soulevait.

Un peu plus loin l’église, et entre les deux, de l’autre côté de la rue, la place Montel. Où le héros local sera sans aucun doute célébré dès son retour. Ce sera aussi son 23e anniversaire, lundi.

À LIRE AUSSI: Les Blues savourent une première coupe Stanley

Mais mercredi, on s’enfilait cocktails Sammy Blues ou shooters SB9. Toujours une touche de curaçao, cet alcool bleu comme les gilets des Blues que portaient plusieurs partisans sur place.

Les serveuses aussi et les deux Stéphane, Roy et Lavoie, copropriétaires de l’endroit. Stéphane Roy est le frère de Marie-Josée, la mère de Samuel Blais. Samuel est aussi le parrain du fils d’oncle Stéphane, son cousin Elliot, trois ans. La marraine de Samuel, Michèle, est la femme de l’autre Stéphane, Lavoie, et la cousine de Stéphane Roy.

Pour dire qu’à Montmagny, municipalité de 11 000 habitants, tout le monde connaît les Blais et chacun se réclame un peu du succès de Samuel.

«Les gens de Montmagny ont toujours suivi Samuel. Depuis ses débuts chez les atomes», souligne Stéphane Roy, rappelant ce fameux hiver 2007 où le jeune Blais, 10 ans, avait outrageusement dominé sa catégorie. L’attention médiatique s’était alors tournée vers le jeune prodige de Montmagny, qui roulait alors au rythme de quatre à cinq buts par match.

À LIRE AUSSI: 

Même dans ses périodes plus difficiles, ses concitoyens ne l’ont jamais lâché. Roy se remémore le repêchage junior de 2013, à Chicoutimi, quand les Tigres de Victoriaville l’avaient choisi aussi loin qu’en huitième ronde. Le Centre Georges-Vézina avait accueilli plusieurs Magnymontois pour l’occasion. 

Même chose quatre ans plus tard, le 5 décembre 2017. Tonton se souvient de la date par cœur. Le premier match de Sammy à Montréal, contre le Canadien. «On avait demandé aux gens de Montmagny de se localiser et on était au moins 150, peut-être même 200 ce soir-là dans le Centre Bell!» se rappelle-t-il avec bonheur.

Affluence triplée

Durant les récentes séries, le café-bistro Au Coin du Monde triplait son affluence les soirs de match. La grande finale des soirées quizz a toutefois dû être reportée, mercredi... Juste en face, le Pub Montmagny a installé une gigantesque affiche «Go Sammy!» au-dessus de sa porte avec une photo de l’enfant chéri de la ville. Quatre concessionnaires automobiles s’affichent comme fiers supporteurs du numéro 9 des Blues. Le drapeau des Blues flotte à l’entrée de la ville.

+

Frédérique Beaupré s’est offert le fameux cocktail spécial Sammy Blues en l’honneur de Samuel Blais au café/bistro Au Coin du Monde, à Montmagny.

Stéphane Roy enseigne à l’école secondaire; ses élèves lui parlent constamment de Blais et du match de la veille. L’école primaire Saint Pie-X que fréquentait Blais a créé un événement spécial avec les enfants.

«Tout le monde embarque et profite de l’effervescence. C’est vraiment un élément rassembleur! dit Roy. Plusieurs personnes avaient arrêté de suivre la LNH depuis le départ des Nordiques ou n’avaient même jamais vraiment regardé le hockey, mais là, elles s’y intéressent. Je n’ai jamais vu la population locale aussi emballée pour un événement.»

Comme quoi tout le monde vit la Sammymanie à sa façon, un ébéniste de Saint-Raphaël a même prêté sa Coupe Stanley en bois et fourni salières et poivrières agencées!

À LIRE AUSSI: La chronique de Steve Turcotte - Samuel Blais, l'invité surprise