Le président de l'AFO, Carol Jolin

Minuit moins une pour l’Université de l’Ontario français, selon l’AFO

Il est minuit moins une pour le projet de l’Université de l’Ontario français (UOF) et l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO) presse le gouvernement provincial à « sauver l’institution franco-ontarienne ».

Dès le 15 janvier, l’université n’aura plus accès à du financement. Une conséquence des coupes dans les services en français annoncées par le gouvernement Ford en novembre dernier. Les progressistes-conservateurs ont mis fin au projet de l’UOF dans leur mise à jour économique.

« L’AFO demande au gouvernement de l’Ontario de déposer une demande de financement au gouvernement du Canada et d’agir afin d’assurer la rétention du personnel de l’université après le 15 janvier », écrit le président, Carol Jolin, dans un communiqué.

Ce dernier rappelle qu’après cette date, l’UOF sera dépourvue de ses employés et artisans.

« Nous n’avons reçu aucune confirmation que la province et le gouvernement fédéral ont conclu une entente sur l’UOF. Pourtant, le ministère du Patrimoine canadien avait indiqué qu’un financement était disponible pour les quatre premières années de l’Université », ajoute M. Jolin.