La vigilance des employés de la banque TD du boulevard Henri-Bourassa à Charlesbourg a permis l'arrestation de Patrick Contreras Sepulveda.

Mauvais «timing» pour un présumé fraudeur d’identité

En pleine tourmente chez Desjardins et maintenant Capital One, Patrick Contreras Sepulveda, accusé de fraudes à l’identité en série, aurait difficilement pu choisir un pire moment pour essayer d’attendrir le tribunal.

Contreras Sepulveda, un Montréalais de 28 ans, doit subir au début septembre un procès pour répondre à des accusations de fraude et fabrication et utilisation de faux documents. Deux complices allégués, Jean-Pierre Ondo Mendame et Wilfred Romaric Kouakou Kpli sont coaccusés.

Selon la preuve policière, le trio aurait acheté sur le «dark Web» les identités de résidants de l’ouest du Canada. À l’été 2018, les trois hommes se rendent à Québec pour ouvrir des comptes bancaires frauduleux avec ses identités volées. Leur but : obtenir des chèques et des cartes de crédit.

Vigilance chez TD

Patrick Contreras Sepulveda a été arrêté le 21 août 2018 grâce à la vigilance des employés de la Banque TD du boulevard Henri-Bourassa à Charlesbourg.

Toujours selon la preuve policière, le jeune homme s’était d’abord présenté au comptoir pour ouvrir un compte. Il avait dans ses mains une carte d’assurance-maladie, un compte d’Hydro-Québec et un relevé d’impôt T4 au nom d’un autre individu.

L’employé a détecté la supercherie et sa supérieure a aussitôt appelé le 9-1-1. L’employé avait comme mission de garder le «client» au comptoir le plus longtemps possible.

Lorsqu’il a senti la soupe chaude, Contreras Sepulveda a toutefois décidé de s’enfuir en abandonnant les fausses pièces d’identité.

Les policiers ont réussi à l’intercepter alors qu’il fuyait dans son véhicule de marque Mercedes. Ils ont du coup arrêté les deux complices allégués.

En fouillant la voiture, les policiers ont trouvé 11 fausses pièces d’identité arborant le visage de Contreras Sepulveda ou de l’un des complices et les noms de gens victimes de vol d’identité.

Les policiers ont aussi fouillé la boîte postale du domicile du coaccusé Mendame, sur le chemin Sainte-Foy à Québec. Ils ont mis la main sur six enveloppes contenant autant de cartes de crédit, pas encore activées.

Selon la police, les institutions financières TD et Desjardins étaient ciblées par les trois complices. La Couronne estime la fraude potentielle à plus de 80 000 $.

Liberté refusée

La procureure de la Couronne Me Sarah-Julie Chicoine s’opposait avec vigueur à la demande de remise en liberté provisoire présentée à la mi-juillet par Contreras Sepulveda.

En plus d’avoir déjà des antécédents judiciaires de même nature, le jeune homme est soupçonné d’une fraude similaire à celle de Québec d’une valeur de 276 000 $ à Vancouver, souligne la procureure de la Couronne.

L’avocat de défense Me Jean-Philippe Lanthier convient qu’à certains égards, la preuve contre son client est forte puisque le jeune homme a été filmé par les caméras de surveillance de la banque. La défense présentera toutefois une requête en exclusion de preuve concernant les fausses pièces d’identité saisies dans la voiture.

Compte tenu des circonstances et des causes pendantes de l’accusé, le juge Richard Grenier de la Cour supérieure a conclu que le public serait choqué par la remise en liberté provisoire. Contreras Sepulveda restera donc détenu jusqu’à la fin des procédures.