Clay Matthews a été la terreur des quarts adverses durant 10 ans au profit des Packers, participant à six Pro Bowl en sept ans de 2009 à 2015. Le bonhomme de bientôt 33 ans, et de 6’ 3” et 255 lb (les mêmes mensurations que Mathieu Betts), s’alignera cette année avec les Rams de Los Angeles.

Mathieu Betts comparé à Clay Matthews

Après le titre d’«homme le plus intéressant de la NFL» pour Laurent Duvernay-Tardif, voilà que Mathieu Betts devient le «joueur le plus fascinant embauché par les Bears». Pas pire.

Parmi la vingtaine de joueurs autonomes non repêchés embauchés ou invités par les Bears de Chicago après le récent repêchage de la NFL, la signature de l’ailier défensif étoile du Rouge et Or de l’Université Laval n’est pas passée inaperçue. Le chroniqueur internet américain Erik Lambert, qui couvre les Bears depuis 10 ans, fait de Betts l’objet principal d’un papier paru lundi.

«En le regardant, les gens auront des visions de l’ancien secondeur des Packers, Clay Matthews. Il n’est pas du genre à gagner [ses un contre un] avec la puissance, mais il compense largement par sa vitesse, sa rapidité de mouvement et sa polyvalence. S’il parvient un jour à ajouter une certaine puissance à son arsenal? Il pourrait être quelque chose à regarder», affirme Lambert sur SportsMockery.com, site qui n’a de moquerie que le nom et qui traite de tout ce qui se fait en sport professionnel à Chicago.

Matthews a été la terreur des quarts adverses durant 10 ans au profit des Packers, participant à six Pro Bowl en sept ans de 2009 à 2015. Le bonhomme de bientôt 33 ans et de 6’ 3” et 255 lb — les mêmes mensurations que Betts —, s’alignera cette année avec les Rams de Los Angeles.

Vu son gabarit un peu léger pour un ailier défensif dans la NFL, le nouveau coordonnateur défensif des Bears Chuck Pagano transformera Betts en secondeur extérieur de pression (edge rusher), même position que Matthews.

Mathieu Betts

«Une véritable chance»

Bien sûr, comme Duvernay-Tardif (Kansas City) au début et Antony Auclair (Tampa Bay) après lui, venir d’un autre pays que les États-Unis constitue déjà une curiosité dans l’univers de la NFL. Avoir le français comme langue maternelle ajoute une autre couche de mystère, mais John Kryk, de la chaîne canadienne Post Media, précise que Betts maîtrise néanmoins très bien l’anglais. Ouf.

Lambert conclut son article en relevant que «jamais dans l’histoire des Bears, un chasseur de quarts [pass rusher] embauché comme joueur autonome n’a obtenu de réel succès dans la NFL. Mais Betts a une véritable chance de briser cette séquence».

Sa première occasion de démontrer son savoir-faire à ses nouveaux patrons s’amorce dès vendredi. Le premier mini-camp des recrues des Bears, comme pour les 31 autres équipes de la NFL, se tient du 3 au 5 mai. Dans le lot d’une trentaine de joueurs, on y verra cinq botteurs, les Bears comptant déjà quatre autres spécialistes du coup de pied dans leur alignement officiel. Un problème que le directeur général Ryan Pace espère enfin régler.

Quant à Betts, Lambert le voit au cœur de la lutte pour le cinquième et dernier poste de secondeur extérieur. Khalil Mack, joueur défensif par excellence de la NFL en 2016 et participants aux quatre derniers Pro Bowls, et Leonard Floyd sont bien en selle. Aaron Lynch, Isaiah Irving et Kyle Fitts n’ont par contre pas encore fait leurs preuves, donc l’un de ces trois postes serait à prendre par une recrue comme Betts ou Chuck Harris, de l’Université de Buffalo, aussi embauché comme joueur autonome.

«Du talent qu’il vaut la peine d’explorer. Avec un nouveau coordonnateur défensif, leurs chances de piquer une place dans l’alignement sont plus élevées que la normale», croit Lambert.

D’autres joueurs formés au football universitaire canadien participeront à un mini-camp de la NFL, dont le garde Samuel Thomassin du Rouge et Or, avec les Giants de New York, et le quart-arrière de l’Université de la Colombie-Britannique Michael O’Connor, avec les Seahawks de Seattle.

Clay Matthews avec les Packers de Green Bay lors d'un match des séries au Lambeau Field, en janvier 2015