Des mesures de protection personnelle simples peuvent protéger la population des piqûres de tiques.
Des mesures de protection personnelle simples peuvent protéger la population des piqûres de tiques.

Maladie de Lyme: nouvelle zone estrienne où un traitement préventif est recommandé

Le réseau local de la santé (RLS) des Sources a été identifié cette année par l’Institut national de santé publique (INSPQ) comme un nouveau territoire pour lequel un traitement préventif contre la maladie de Lyme est recommandé. Les personnes ayant été piquées par une tique sur ce territoire sont invitées à communiquer avec Info-Santé, consulter leur pharmacien ou leur médecin.

« Ce n’est pas parce que la zone est à risque que le traitement préventif est nécessairement recommandé. Cette année, dans le cas du RLS d’Asbestos, particulièrement sur le territoire de Danville, il est recommandé de recevoir le traitement préventif alors que le risque est significatif dans la région Memphrémagog, mais le traitement n’est pas recommandé selon les critères de l’INSPQ », précise la conseillère en communication, Marie-Ève Nadeau.

À LIRE AUSSI: La maladie de Lyme a traversé le fleuve

Rappelons que le nombre de cas de maladie de Lyme signalés à la Direction de la santé publique dans les dernières années a augmenté de façon importante sur le territoire du CIUSSS de l’Estrie – CHUS faisant en sorte que l’Estrie est de loin la région la plus touchée au Québec. 

Alors qu’il n’y avait qu’un seul cas en 2010, 203 cas de maladie de Lyme ont été déclarés dans la région en 2019. On observe une augmentation marquée du nombre de cas dans notre région comparativement à 2018, année au cours de laquelle 91 cas de maladie de Lyme avaient été déclarés.

Un total de 501 cas de maladie de Lyme a été déclaré dans l’ensemble de la province en 2019 contre 305 en 2018. 

L’Estrie est de loin la région la plus touchée par la maladie de Lyme que ce soit en nombre de cas ou pour le taux d’incidence. En Estrie, on compte 41,6/100 000 en 2019 contre 8,9/100 000 pour la Montérégie, la 2erégion la plus affectée au Québec.

En 2019 comme dans les années précédentes, deux secteurs de l’Estrie se démarquent par des taux d’incidence très élevés, soit le RLS de la Pommeraie (150,3 pour 100 000) et le RLS de la Haute-Yamaska (94,0 pour 100 000). Ces deux RLS totalisent à eux seuls 181 cas de maladie de Lyme sur les 203 cas déclarés en 2019, soit 89 % des cas estriens (41 % des cas pour La Pommeraie et 48 % des cas pour La Haute-Yamaska).

Rappel des mesures de protection

Le meilleur moyen de se protéger contre la maladie de Lyme est évidemment d’éviter de se faire piquer. Si l’on se fait piquer, il est recommandé de retirer la tique dès qu’on s’en rend compte, idéalement moins de 24 heures après la piqûre.

Des mesures de protection personnelle simples peuvent protéger la population des piqûres de tiques. La première est d’utiliser un chasse-moustiques sur les parties du corps exposées, porter des vêtements longs de couleurs claires et des souliers, entrer le bas du pantalon dans ses chaussettes et son chandail dans le pantalon et marcher dans les sentiers. 

Deuxièmement, il est conseillé d’examiner tout votre corps après une activité extérieure dans un environnement à risque afin de vous assurer qu’une tique ne s’est pas accrochée à vous, sans oublier les aines, le nombril, les aisselles, les oreilles et le cuir chevelu.

Il est aussi recommandé d’examiner votre équipement et votre animal domestique afin d’éviter d’introduire une tique dans votre maison et de mettre les vêtements dans la sécheuse à température élevée.

Si une tique est repérée sur le corps, les instructions sur le retrait sécuritaire d’une tique peuvent être trouvées sur Québec.ca/lyme.

En savoir plus |https://www.santeestrie.qc.ca/professionnels/ressources-pour-les-professionnels/ (Sous la catégorie « Thématiques » et l’onglet « Maladie de Lyme »)