L’inflation en hausse de 2,3% au Canada

OTTAWA — L’inflation annuelle a continué à progresser le mois dernier, pour atteindre 2,3 pour cent, a indiqué vendredi Statistique Canada.

Les données du mois de mars montrent que la cadence de l’inflation a dépassé la cible idéale de la Banque du Canada. La banque centrale tente de contrôler l’inflation pour qu’elle soit le plus près possible du point milieu de la fourchette comprise entre 1,0 pour cent et 3,0 pour cent.

En comparaison, l’inflation s’était établie à 2,2 pour cent en février, et à 1,7 pour cent en janvier. La hausse des prix observée en mars était la plus importante d’une année à l’autre depuis que l’inflation a atteint 2,4 pour cent en octobre 2014, alors que le plongeon du prix du pétrole gagnait en importance.

Le mois dernier, la pression à la hausse sur les prix trouvait sa source dans les prix de l’essence et du transport aérien, alors que les prix du matériel vidéo, des appareils électroniques et de l’électricité affichaient un recul.

Le rapport de Statistique Canada permettait aussi de constater que la moyenne des trois mesures de l’inflation de base de la Banque du Canada - des données qui excluent les distorsions que peuvent entraîner les prix les plus volatils, comme ceux de l’essence et des fruits et légumes frais - avait atteint 2,0 pour cent en mars.

La banque centrale scrute de près les chiffres de l’inflation avant de prendre ses décisions sur la politique monétaire. Ses hausses de taux d’intérêt peuvent être utilisées comme un outil qui empêche l’inflation de grimper trop haut.

Mais les récentes lectures au-dessus du cap de 2,0 pour cent ne devraient pas avoir un impact majeur sur les décisions à venir de la Banque du Canada, puisqu’elle a déjà indiqué qu’elle s’y attendait.

Plus tôt cette semaine, la banque centrale a révisé à la hausse ses prévisions d’inflation et expliqué sa décision en évoquant l’effet temporaire des prix de l’essence et les hausses du salaire minimum. Elle prévoit maintenant que l’inflation sera en moyenne à 2,3 pour cent cette année, et ralentira à 2,1 pour cent en 2019.