Tout comme Saint-Tite (ci-haut) en 2015 ou Drummondville la semaine prochaine, le maire Steve Lussier aimerait bien que Sherbrooke accueille la classique hivernale de la Ligue de hockey junior majeur du Québec.

LHJMQ : Une classique hivernale à l’UdeS?

L’idée avait déjà été soulevée par le Phœnix de Sherbrooke, mais cette fois, la proposition vient du maire en personne. Ce dernier a fortement encouragé son équipe de hockey junior majeur à imiter les Voltigeurs de Drummondville et les Cataractes de Shawinigan en organisant une classique hivernale, qui aurait probablement lieu à l’Université de Sherbrooke en 2021.

« On aimerait bien tenir cet événement à Sherbrooke, confirme le maire Steve Lussier. On souhaite accueillir de grandes compétitions à Sherbrooke, mais il nous reste à vérifier les coûts et les obligations entourant la classique hivernale. »

Lire aussi: Les Voltigeurs souhaitent en mettre plein la vue

La directrice des opérations du Phœnix, Charline Durand, admet qu’il est possible de voir l’équipe déposer sa candidature afin de poursuivre une nouvelle tradition qui semble vouloir s’implanter dans la LHJMQ.

Notons qu’en 2015, les Cataractes avaient présenté des matchs extérieurs à Saint-Tite et ce sera bientôt au tour des Voltigeurs de Drummondville de tenir cette activité, les 9, 10 et 11 février en plein centre-ville. Le Phœnix participera d’ailleurs à l’événement lors de la soirée de vendredi, suivi des Tigres de Victoriaville le lendemain et des Cantonniers de Magog lors de la dernière journée, dimanche.

Il faut toutefois savoir que les Cataractes ont une fois de plus proposé de tenir une classique hivernale en 2019. Les Remparts de Québec seraient sur les rangs pour 2020. Tout indique donc que l’année 2021 est dans la mire du Phœnix.

« S’ils ne sont pas prêts et que nous le sommes, 2020 pourrait être une option. Le projet est embryonnaire. Il nous reste à analyser le cahier de charges. Le maire a montré son intérêt, ce qui facilite notre travail. C’est rassurant de pouvoir compter sur un appui de taille de la part de la Ville de Sherbrooke », souligne Mme Durand.

Steve Lussier

Logiquement, le site du stade extérieur de l’Université de Sherbrooke utilisé par le Vert & Or constitue le premier lieu considéré.

« Il y aurait aussi le terrain de football du Cégep de Sherbrooke, puisque nos installations se trouvent juste à côté. Mais rapidement, la première idée qui nous vient en tête est bien sûr le stade de l’UdeS, qui possède déjà toutes les infrastructures nécessaires », note la directrice des opérations du Phœnix.

Au moment d’effectuer l’interview, le maire Lussier devenait officiellement un Ambassadeur du Phœnix. Ce qui implique la remise de 300 billets à des citoyens intéressés à prendre part gratuitement à un match.

« Je serai d’ailleurs présent à Drummondville le 9 février prochain et je suis certain que ce sera très inspirant », résume le maire.