Maxime Dion pêchait avec trois compagnons, jeudi après-midi, sur le bord du fleuve Saint-Laurent, à Lévis, quand il a entendu crier.

Lévis: un garçon sauvé de la noyade par des pêcheurs

Maxime Dion pêchait avec trois compagnons, jeudi midi, au bord du fleuve Saint-Laurent, à Lévis, quand il a entendu crier.

Un garçon de 12 ans, qui était accompagné d’un ami, s’était avancé dans le fleuve à partir de la grève Joliette. Surpris par la marée, il n’était plus capable de regagner le rivage.

«Il s’est aperçu qu’il n’avait pas le contrôle sur le courant et il a crié à l’aide!» raconte M. Dion, 28 ans, qui a appelé le 9-1-1.

Durant quelques minutes, le garçon s’est tenu sur une bouée.

Les quatre pêcheurs ont trouvé des bouts de tuyaux près de la grève et les ont tendus à l’enfant. Le garçon a réussi à les saisir et à revenir sur la terre ferme.

Les pêcheurs lui ont tout de suite conseillé d’enlever ses vêtements mouillés et lui ont prêté un chandail chaud.

À l’arrivée des pompiers de Lévis, les «bons samaritains lui avaient déjà prêté main-forte», confirme Jean-Sébastien Levan, porte-parole de la police de Lévis. L’appel au 9-1-1 est entré à 13h15 et, à 13h19, l’enfant était sorti du fleuve. Le garçon, qui a eu froid dans l’eau, a été conduit à l’hôpital par précaution.

Maxime Dion, qui a l’habitude de pêcher le doré ou l’esturgeon à la grève Joliette, y voit souvent des élèves de l’École secondaire Guillaume-Couture, qui est située à environ 10 minutes de marche. Les élèves se promènent entre autres sur les rochers qui longent le fleuve.

M. Dion les invite à ne pas s’aventurer dans le Saint-Laurent ou à prendre le risque de tomber dans le fleuve, notamment à cause de la marée. «Tu peux te faire encercler par l’eau, dit-il. Il faut être prudent.»