Fred Pellerin

Lettre à Fred Pellerin

OPINIONS / Mon cher Fred,

J’aurais aimé prendre une plume de vent pour t’écrire, la faire tournoyer au sommet des arbres majestueux de ton magnifique coin de pays, pour qu’elle se dépose doucement au creux de ton oreille et te murmure d’une parlure poétique ces quelques mots.

Mais je vais te laisser l’art de la langue que tu maîtrises si bien et je vais te parler avec ma tête, mais surtout avec mon cœur.

Depuis vingt ans maintenant, Saint-Élie-de-Caxton, la MRC de Maskinongé, la Mauricie et même le Québec t’ont vu grandir, t’épanouir et devenir le grand artiste international, Fred Pellerin, que tu es.

J’ai du mal à trouver les mots adéquats pour t’exprimer la grande fierté qui m’habite quand je pense à toi. Une fierté de député bien sûr, mais aussi de citoyen, d’homme, de père de famille.

Tes mots nous font grandir, nous font vibrer, nous font vivre et respirer.

Tu fais rayonner notre territoire partout sur la planète et c’est extraordinaire.

Vingt ans, Fred, ce sont des noces de porcelaine. Et comme tu le sais, la porcelaine c’est précieux, c’est fragile et il faut en prendre soin.

Aujourd’hui je viens vers toi pour te dire haut et fort qu’on tient à toi.

On tient à toi comme à un trésor unique, magique.

Dans cette vie qui va si vite, parfois on échappe l’essentiel et on se doit de prendre le temps, de rattraper cet essentiel et surtout… d’en prendre soin.

C’est donc sous l’œil de centaines de témoins, que je viens te demander de t’accrocher, de continuer à être ce «petit gars» de Saint-Élie, poussé par tout l’amour que les citoyens et citoyennes te portent.

On t’aime d’amour et on tient à toi! Saint-Élie a besoin de toi!

En terminant, je veux te remercier du fond du cœur, grand Fred, pour tout ce temps et ce talent donnés à ton coin de pays, qui est aussi un peu le mien.

Simon Allaire

Député de Maskinongé à l’Assemblée nationale et vice-président de la Commission de l’aménagement du territoire